Découvrez   

Rue de la Loi : la bande des 4 refuse le marchandage de la bulle des 5

Fabrice Grosfilley - Photo Couverture

C’est un petit coup de tonnerre et un sacré retournement de situation. Ce jeudi matin sur le coup de 10h (10h05 sur ma boite mail pour être précis) Ecolo, Groen, le MR et l’Open VLD ont publié un communiqué commun pour renvoyer la bulle des 5 dans ses fourneaux. Que ces 4 formations signent un texte conjoint est en soi un petit événement. Que le contenu du texte consiste à dire que tout le monde refuse en bloc le menu communautaire est un sacré camouflet pour les négociateurs. La fin d’un troc “social contre institutionnel”, qui se retrouve ici bloqué net. Les 4 partis le disent ici explicitement : cessez de nous opposer pour faire monter les enchères en proposant à l’un une politique plus verte ou à l’autre une politique plus économiquement libérale, le principal problème est dans le chapitre institutionnel et nous le refusons en l’état. Ce chapitre institutionnel (dont on vous a révélé les grandes lignes ici il y a une semaine)  qui avait déjà contraint le CDH a se racler la gorge et Défi à s’émouvoir dans un communiqué est donc bien au cœur des enjeux…. à défaut d’avoir été réellement abordé dans les discussions.

Ce mercredi, Bart De Wever et Paul Magnette n’avaient pas fait que recevoir les écologistes comme le relate la presse. Ils avaient aussi réuni la bulle des 5 dans l’après-midi. Il est difficile d’en savoir plus sur le contenu des discussions tant les négociateurs s’enferment dans le silence (on est très loin de la transparence prônée par Paul Magnette lors de sa première mission en novembre 2019).  Il semblerait toutefois que les 5 présidents de parti aient surtout parlé d’environnement. Il fallait répondre au scepticisme de la famille verte face à des avancées climat jugées toujours insuffisantes. On renvoyait la grande explication du chapitre institutionnel à plus tard. Comme si la bulle des 5 était désespérément à la recherche d’un espace vert… et ne voyait pas que le mur communautaire était en train de se rapprocher dangereusement…

Ce jeudi midi avec la sortie conjointe des familles libérales et écologistes, il est donc acquis qu’il n’y aura pas de majorité possible sur ce chapitre institutionnel. Ce qui pose la N-VA dans cette position inconfortable : revoir ses prétentions à la baisse sur un chapitre crucial ou acter la fin de l’initiative De Wever-Magnette. Avec des remous à prévoir au sein de l’exécutif flamand où l’Open VLD risque d’être perçu comme le traître à la cause néerlandophone. Effet collatéral dans le camp francophone : un dégât d’image pour le PS et le CDH coincés dans la bulle. C‘est de l’extérieur de celle-ci et non de l’intérieur que les projets communautaires auront été stoppés nets.

 

 

—–

Voici le texte du communiqué conjoint :

Les familles libérales et écologistes s’engagent pleinement à la recherche d’un gouvernement de plein exercice avec une majorité parlementaire. Les deux familles ont mené ces derniers jours à ce sujet des discussions avec les missionnaires royaux Bart De Wever et Paul Magnette. Notre pays a en effet besoin d’un gouvernement fort, qui se concentre sur la question sociale, la santé, le redéploiement économique et le climat.

Nous souhaitons cependant exprimer notre inquiétude en ce qui concerne les projets des missionnaires. Notamment pour ce qui est du volet institutionnel, leur schéma conduit à rendre les institutions plus complexes et moins lisibles : un modèle qui n’est pas le nôtre. Ecolo-Groen, MR et Open Vld veulent évidemment participer à une Belgique qui fonctionne plus efficacement, au service de nos concitoyens et de leurs préoccupations de tous les jours. De telles réformes nécessitent cependant une préparation approfondie et une concertation suffisante. Certaines compétences peuvent être régionalisées, mais d’autres tout autant refédéralisées afin d’augmenter l’efficacité. Les réformes institutionnelles ont toujours été pour nous un moyen, jamais un objectif en soi.

Les familles libérales et écologistes insistent sur le fait que le temps presse. Nous voulons éviter que davantage de temps soit perdu et demandent aux missionnaires royaux de la clarté au sujet de la coalition qui a leur préférence et de faire le choix de solutions stables et solides.

Les familles libérales et écologistes refusent de prendre part à une surenchère qui les dresse l’une contre l’autre afin de déterminer qui peut rejoindre le prochain gouvernement.

Partager l'article

13 août 2020 - 10h40
Modifié le 13 août 2020 - 11h36