Rudi Vervoort sur le plan taxi: “Si Uber dit qu’il est bien, ça va déjà mal démarrer”

Rudi Vervoort, ministre-président du gouvernement bruxellois, était l’invité de L’Interview. Il a répondu aux questions de Stéphanie Meyer. 

On le sait: jeudi, le gouvernement bruxellois a obtenu un accord sur le plan taxi en première lecture. Soit les mêmes règles pour tout le monde pour l’horizon 2019. “C’est un accord qui reste à négocier avec le secteur .On doit maintenant entamer un processus de concertation sur base d’un texte“, commente Rudi Vervoort. Pour lui, le projet devra encore être adapté. “C’est ça qu’on vise: trouver un système qui ne mette pas en péril le secteur des taxis, qui maintient le salarié“.

Pourtant, la fédération belge des taxis n’a pas accueilli l’accord avec un grand enthousiasme. “Ils nous accordent juste une mort plus lente“, a réagi leur porte-parole dans Sudpresse. “Tout ça vient du fait qu’il y a une sorte de frénésie permanente de la communication autour de ce dossier. Moi, j’avais suggéré que la communication se fasse après qu’il y ait eu un contact entre le ministre instrumentant et les acteurs. De manière à ce qu’il n’y ait pas de déperdition de l’information. De manière à ce qu’il n’y ait pas des réactions comme avec Uber, qui dit que c’est très bien’. Je l’avais dit: si Uber dit que c’est bien, ça va déjà mal démarrer.  Moi, je souhaite qu’ils se mettent autour d’une table et qu’on instaure un processus de concertation et de confiance.

► A lire: Un nouveau plan taxi à Bruxelles : “On s’inquiète de ce qui va se passer…”

C.TQ

 

Partager l'article

02 février 2018 - 16h00