(Re)découvrez les prestations de serment des 89 députés du Parlement bruxellois

Alors que le futur gouvernement bruxellois est toujours en cours d’élaboration, les députés ont prêté serment mardi après-midi. Une assemblée profondément remaniée, avec un nombre important de nouveaux visages qui ont pourtant respecté un cérémonial séculaire. Revivez cette séquence en vidéo.

C’est un parfum de rentrée des classes qui régnait ce 11 juin du côté de la Rue du Lombard : des nouveaux députés qui cherchent leur place et découvrent les lieux, des anciens pour qui il s’agit d’une journée comme les autres, des parlementaires déçus de ne pas être assis ensemble et des proches attentifs et fiers observant la scène depuis le balcon… Encore un peu, et les parlementaires se mettraient en rang, au bruit de la sonnerie annonçant la reprise des discussions.

Au pupitre, Pierre Kompany, bourgmestre cdH de Ganshoren et père de l’ancien capitaine des Diables Rouges, préside la séance en sa qualité de doyen d’âge. Il est entouré par les deux benjamins : Ariane de Lobkowicz (DéFI) et Juan Benjumea Moreno (Groen). En attendant la constitution d’une majorité, ce sont eux qui constituent le bureau, et ouvrent donc la première séance de la législature.

Si les députés sont réunis pour prêter serment et entamer officiellement leur mandature, l’assemblée statue d’abord sur les plaintes concernant les opérations électorales. Cette étape, qui a lieu durant la première suspension de séance, permet d’entériner le bon déroulement des élections. Les trois plaintes formulées ont été rejetées, avec quelques abstentions.

La séance a été suspendue à une autre reprise, pour permettre à une seconde commission de statuer sur l’éligibilité des parlementaires. Aucun incident sur ce point, ce qui a permis à la cérémonie de reprendre son cours. Plusieurs députés-bourgmestres ont aussi renoncé à leur siège parlementaire : Philippe Close (PS, Bruxelles) et Boris Dilliès (MR, Uccle), conformément à ce qu’ils avaient annoncé, et Bernard Clerfayt (DéFI, Schaerbeek). L’assemblée a aussi pris note de la renonciation d’Ahmad Haagiloee (PTB).

Le Président ad interim de l’assemblée a ensuite procédé à la prestation de serment des nouveaux députés. Là encore, une diversité d’attitudes : si le serment se limite à la phrase « Je jure d’observer la Constitution » ou « Ik zweer de Grondwet na te leven » , plus de la moitié des députés ont prêté serment successivement dans les deux langues. Il y avait les jeunes qui avaient révisé et retenu la formule avec soin, les anciens qui la connaissaient par habitude, et puis ceux qui ont eu besoin de quelques notes… L’exemple le plus retentissant : Pierre Kompany lui-même, qui avait égaré le texte et a dû en demander une nouvelle copie à son greffier. Heureusement, plus de rires que de reproches dans les bancs. Le PTB-PVDA a, lui, prêté une première fois serment à quelques mètres du Parlement sur la Place Saint-Jean « devant le peuple », en l’occurrence ses militants et quelques curieux, avant de rejoindre l’assemblée pour la véritable cérémonie.

Des chefs de groupes temporaires ont été désignés par les différents partis : Ridouane Chahid (PS), Françoise Schepmans (MR), Françoise De Smet (PTB), Alain Maron (Ecolo) et Emmanuel De Bock (DéFI) du côté francophone, ainsi que Steven Gatz (Open Vld), Arnaud Verstraeten (Groen) et Cieltje Vanachter (N-VA) dans le groupe linguistique néerlandophone.

La séance a été levée peu après 18 heures par Pierre Kompany, qui a prononcé quelques mots sur l’événement que constitue la première présidence (même temporaire) d’une assemblée belge par un homme noir. Avec émotion, il a rappelé ses originaires congolaises et a souligné le fait qu’il se considère comme totalement belge, un pin’s arborant les drapeaux belge et congolais épinglé à son costume. Il a achevé son discours avec humour, en souhaitant bon match (les Diables Rouges affrontaient l’Ecosse), un clin d’œil à son fils Vincent, joueur historique de l’équipe nationale.

Arnaud Bruckner

 

 

Partager l'article

12 juin 2019 - 11h38