Rachid Madrane (PS) : “Je ne veux pas que nos gosses deviennent de la marchandise dans un business du football”

Rachid Madrane, le ministre PS de la Jeunesse, des Sports et de l’Adoption à la Fédération Wallonie-Bruxelles, a répondu aux questions de Stéphanie Meyer dans L’Interview ce vendredi à 12h45.

Comment prendre en charge les détenus radicalisés en prison? En plein procès de l’attentat au Musée juif, la question se pose. La réponse pourrait venir du projet-pilote “Césure”. Testé en France, ce programme européen dure plus ou moins 9 mois. Il sera suivi par trois prisons belges : Marche, Andenne et Lantin.

L’objectif de ce projet: la déradicalisation? Le ministre ne préfère pas parler de “déradicalisation”, mais plutôt de “désengagement de la violence”. Pour lui, “c’est un programme qui vise à une prise en charge des individus radicalisés sur base d’une approche psychologique”. “On travaille avec des individus ou des groupes à la fois pour leur faire prendre conscience de ce qu’ils ont fait, voir ce qu’on peut faire avec eux pour les transformer et ce qu’on peut faire pour les aider, pour les désengager”, explique-t-il.

A qui s’adresse ce programme? “Ce sont des personnes qui ont soit été condamnées pour des faits de terrorisme ou des personnes qui figurent sur la liste selex”.

Après évaluation, ce programme pourrait être étendu à l’ensemble des prisons belges dont celles bruxelloises.

Des règles d’adoption plus strictes 

L’affaire de l’adoption d’enfants congolais enlevés au près de leur parent biologique à choquer beaucoup de monde. Aujourd’hui, Rachid Madrane également ministre de l’adoption, veut resserrer les vis.

Le ministre met en avant trois grandes mesures. “D’abord, il y a une harmonisation entre les adoptions internes et les adoptions internationales au niveau de l’aptitude des candidats adoptants. Deuxième chose, il y a un renforcement du contrôle des collaborations à l’étranger.” Exemple : “Le Congo qui n’est pas signataire de la convention de La Haie ne pourra plus collaborer avec la Belgique”. Troisième mesure : “On va  renforcer le contrôle de l’identité de l’enfant adoptable”. 

Vers la fin des indemnités de formation

Jusqu’ici les parents qui changeaient leur enfant de club devaient payer des indemnités de départ. “Ce sera définitivement interdit pour le football amateur”, déclare le ministre.  La raison : “Je ne veux pas que nos gosses deviennent de la marchandise dans un business du football”.

Elections de Mai 2019

Quelles sont ses ambitions électorales? “J’irai là où mon parti pense que je suis le plus utile”, répond-il.

► Retrouvez L’Interview du lundi au vendredi à 12h45 sur BX1.

Partager l'article

01 février 2019 - 13h42