Décès de la petite Malaïka : huit ans requis à l’encontre de la puéricultrice

Huit ans de prison ont été requis à l’encontre de la puéricultrice prévenue d’avoir causé le décès de la petite Malaïka en 2015 à Berchem-Sainte-Agathe La puéricultrice avait maintenu ses dénégations, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, lundi matin. Malaïka, une fillette de 10 mois, qui était accueillie à la crèche « Bébé câlins », était décédée le 21 mars 2015 des suites du syndrome du bébé secoué. L’une des puéricultrices de la crèche avait été inculpée et renvoyée devant le tribunal correctionnel pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La prévenue a affirmé, lundi matin, devant les juges, qu’elle n’était pour rien dans la mort de Malaïka et que cette dernière allait très bien avant de subitement faire un malaise. Me Michèle Hirsch a ensuite pris la parole au nom de la mère et de la grand-mère de l’enfant. « C’est un acte volontaire, commis en pleine conscience, de la part d’une professionnelle de l’enfance », a-t-elle estimé. Me Hirsch a réclamé un dommage moral de 75.000 euros pour la mère et de 15.000 euros pour la grand-mère. Les débats se poursuivront lundi après-midi et mardi matin.

Malaïka, un bébé de 10 mois, était décédée à l’hôpital des suites d’une hémorragie interne, le 21 mars 2015. Elle y avait été admise après avoir fait un malaise à la crèche « Bébé câlins » à Berchem-Sainte-Agathe. L’autopsie avait ensuite révélé que l’enfant avait été victime du syndrome du bébé secoué. L’une des puéricultrices de la crèche avait alors été inculpée. Elle est aujourd’hui prévenue d’avoir violemment secoué la fillette, raison pour laquelle elle a fait un malaise et est décédée.

  • Reportage de Catarina Letor et Charles Carpreau.

Samedi, une manifestation de soutien se tenait devant le Palais de Justice (reportage de Jérémy Audouard) :

avec Belga

Partager l'article

18 septembre 2017 - 15h47