Sur BX1 TV Maintenant : "Vivre Ici (pour sourds et malentendants)"

Prison de Saint-Gilles : un détenu porte plainte pour “traitement inhumain”

Pour la première fois, le gouvernement est visé par une plainte pour “traitement inhumain” d’un détenu, un homme d’une vingtaine d’années originaire de Genk, placé derrière les barreaux de la prison de Saint-Gilles en attente de son procès, rapportent les médias néerlandophones Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Pour la famille du détenu, en détention provisoire pour suspicion de faits qualifiés de graves, la coupe est pleine: sa soeur affirme que les conditions sont “médiévales”. Avec l’avocat du détenu Frank Scheerlinck elle a introduit une plainte, et un juge d’instruction examine si les conditions peuvent bien être retenues comme “inhumaines”. “Les rats rampent jour et nuit sur son corps et mangent ses vêtements et sa nourriture. Mon client bénéficie de la présomption d’innocence, mais est en fait torturé par le gouvernement. En outre, il ne peut se doucher qu’une fois par semaine, si le bon gardien est présent“, affirme M. Scheerlinck.

Ce gardien serait le seul à ce soucier du détenu. “Les autres refusent de parler en néerlandais, alors que mon frère ne connait pas un mot de français“, déplore la soeur du prisonnier. Selon l’administration pénitentiaire, il n’y a plus de problème concernant des rats à Saint-Gilles.

La prison de Saint-Gilles n’a reçu “aucune plainte”

La prison de Saint-Gilles n’a reçu, ces derniers mois, aucune plainte relative à la présence de rats dans les cellules, a assuré mercredi la porte-parole de la direction générale des établissements pénitentiaires, Kathleen Van De Vijver. Le parquet de Bruxelles confirme pour sa part avoir reçu une plainte du détenu.

La direction générale des établissements pénitentiaires affirme n’avoir décelé aucun problème de cette nature dans la prison de Saint-Gilles ces derniers mois. “Ni la direction de l’établissement, ni la Commission de surveillance n’ont reçu de plainte relative à la présence de rats“, indique Kathleen Van De Vijver. Selon elle, des mesures ont été prises pour empêcher les rats d’entrer, des trous dans le sol et les murs ont été bouchés et des fenêtres ont été réparées, de sorte que le problème est sous contrôle. “Nous sommes très attentifs à la situation. Dès qu’un rat est signalé, nous faisons appel à une société spécialisée dans la dératisation“, affirme-t-elle encore.

Source/Image: Belga

Partager l'article

20 novembre 2019 - 07h35