Prison de Saint-Gilles : des travaux pourraient éviter le paiement d’astreintes pour l’Etat belge

Un entrepreneur a entamé cette semaine la rénovation de 360 cellules de la prison de Saint-Gilles, a indiqué le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) en commission de la Chambre. Les travaux, qui devraient être terminés fin avril, doivent faire en sorte qu’il y ait suffisamment de “places” pour les détenus, ce qui devrait éviter le paiement d’astreintes que risque l’Etat belge à partir du 8 mars pour cause de surpopulation carcérale dans cet établissement.

Le tribunal de première instance bruxellois avait condamné l’Etat belge en janvier 2019 pour le manque de places dans les prisons de Forest et Saint-Gilles par rapport au nombre réel de personnes qui y sont détenues. Une astreinte de 1.000 euro par détenu par jour était associée au jugement, si l’Etat ne remédiait pas à la situation, ce qui équivaudrait à environ 300.000 euros par jour globalement ou 9 millions par mois.

Le ministre Koen Geens, interrogé mercredi par les députés Zakia Khattabi (Ecolo), Sophie Rohonyi (DéFI) et Sophie De Wit (N-VA), a indiqué que des travaux ont débuté lundi à la prison de Saint-Gilles, où une moyenne de 840 détenus sont enfermés. Au total, 360 cellules vont être rénovées, ce qui devrait rendre la capacité suffisante pour le nombre actuel de détenus. La question persiste de savoir si l’Ordre des barreaux francophones et germanophone, qui avaient intenté l’action en justice à l’origine de la condamnation, exigeront le paiement des astreintes à partir de la semaine prochaine.

Les vieillissantes prisons de Saint-Gilles, Forest et Berkendael (prison des femmes) doivent théoriquement être remplacées dans quelques années par un nouveau complexe pénitentiaire à Haren.

Source/Image : Belga

Partager l'article

05 mars 2020 - 07h03