Près de 8.000 Belges ont payé 24 millions d’euros pour régulariser leurs années d’études

La régularisation fait que les futurs retraités seront reconnus comme ayant cotisé afin que leurs années académiques soient incluses dans le calcul de leur pension et par conséquent, que celle-ci soit plus élevée.

Fin novembre 2019, 11.912 employés et 16.338 fonctionnaires ont reçu une invitation à régulariser rétroactivement le paiement de leurs années d’études. Jusqu’ici, 3.056 employés et 4.872 fonctionnaires se sont acquittés respectivement de 15.154.048 et 8.946.477 euros, soit un total de 24.100.535 euros, d’après le service fédéral des Pensions (SFP).

La moitié des dossiers sont encore à l’enquête ou en attente d’une décision du SFP. Les raisons pour lesquelles une personne décide de payer ou pas relèvent d’un choix personnel que le SFP ne remet pas en cause mais il semble évident qu’un équilibre entre les coûts et les avantages joue un rôle important dans les considérations personnelles. La régularisation fait que les futurs retraités seront reconnus comme ayant cotisé afin que leurs années académiques soient incluses dans le calcul de leur pension et par conséquent, que celle-ci soit plus élevée. En tout état de cause, une telle régularisation ne peut qu’être bénéfique à ceux qui n’auront pas cumulé suffisamment d’années pour comptabiliser une carrière complète au moment de la retraite, soit 45 ans ou moins, selon la loi.

Source et photo: Belga

Partager l'article

06 décembre 2019 - 16h20