Le préavis de grève maintenu dans les maisons de repos bruxelloises

Fin octobre, les syndicats représentant le secteur des maisons de repos privées bruxelloises avaient suspendu leur calendrier d’actions après une réunion avec la direction de Femarbel, représentant les employeurs des institutions privées commerciales. Un accord de principe avait en effet été trouvé quant à l’octroi d’un troisième jour de congé pour les travailleurs. Mais lundi, Femarbel “a posé de nouvelles exigences inconnues jusqu’alors”, regrette le front commun syndical. Les syndicats se revoient jeudi midi pour élaborer un nouveau plan d’action.

“Femarbel est venue ce matin exprimer son accord de principe à l’octroi du fameux troisième jour. Mais les représentants patronaux posent de nouvelles exigences inconnues de nous jusqu’alors, et pire, qui ne sont pas du ressort des partenaires sociaux”, déplorent les syndicats. L’une d’elles concerne la régionalisation des soins de santé, “ce qui n’est pas en notre pouvoir”, précise Nicolas De Commer, secrétaire adjoint du Setca pour le secteur non marchand. “Ces représentants se sont donc une fois de plus creusés la tête pour repousser sine die la signature de cet accord.” “C’est surnaturel, ça ne tient pas la route”, ajoute Nicolas De Commer.

Le front commun syndical maintient donc comme prévu son préavis de grève à durée indéterminée. Une nouvelle rencontre est prévue le 15 novembre pour réactiver le plan d’action.

Belga

Lire aussi : 
>Les travailleurs des maisons de repos bruxelloises en front commun : les actions sont finalement suspendues
>Un calendrier d’actions de grève dans les maisons de repos bruxelloises

 

Partager l'article

12 novembre 2018 - 13h43