Pour ses visiteurs et habitants, Bruxelles n’est pas une “no-go zone”

27 degrés sur Bruxelles ce lundi - bx1

Pour les résidents, navetteurs et touristes, Bruxelles n’est pas cette zone dangereuse évoquée quelques fois dans des déclarations choc. Leur impression de sécurité est globalement positive, ressort-il de la première enquête sur le sentiment d’insécurité en Région bruxelloise menée par l’Observatoire bruxellois de la prévention et la sécurité (OBPS), rapporte Le Soir.

Ainsi, 48% des résidents, 45% des navetteurs et 77% des touristes interrogés ont déclaré avoir une “bonne” ou “très bonne” appréciation (globale) de la sécurité sur le sol bruxellois. De manière plus individuelle, 12% des résidents et 10% des navetteurs sondés disent se sentir “souvent” voire “tout le temps” en insécurité à Bruxelles.

A l’inverse, 60% des résidents et 62% des navetteurs ne déclarant ressentir cela que “rarement”, voire “jamais”. Bruxellois et navetteurs citent en tête la crainte d’être agressés physiquement dans l’espace public, suivie, pour les résidents, de celle de subir un cambriolage (ou un vol sur leur lieu de séjour, pour les touristes) et de celle d’être harcelé.

La peur d’être victime d’un attentat, pointée par 34,6% des touristes et 23,3% des navetteurs sondés, n’est mentionnée que par 8,4% des Bruxellois. Reste que la sécurité en ville s’appréhende bien différemment selon que l’on soit un homme ou une femme. Ainsi, les hommes identifient principalement la crainte d’être victime d’un délit patrimonial (vol, vandalisme) ou d’un accident de la route, tandis que les peurs mentionnées par les femmes concernent avant tout leur intégrité physique et morale, ou celle de leurs proches.

Belga – Photo:Nicolas Maeterlinck

Partager l'article

26 octobre 2019 - 11h28