Plus de la moitié du personnel en grève dans les prisons de Saint-Gilles et Forest

Des actions spontanées ont débuté dans plusieurs prisons du pays jeudi matin avant même la grève de 24 heures qui commence jeudi à 22h00. Dans deux des trois prisons bruxelloises, moins de la moitié du personnel est actif.

Tout le personnel était présent dans l’établissement anversois mais a refusé d’exécuter ses tâches. Une assemblée générale était programmée et la direction a demandé que celle-ci soit terminée à 10h30. Le personnel s’est mis en grève dans la foulée.

Dans trois prisons bruxelloises, une partie du personnel est présent: 46% à Saint-Gilles, 25% à Forest et 64% à Berkendael.

Dans le sud du pays, la situation serait “assez calme”, selon l’administration pénitentiaire. Les actions sont individuelles. Le taux de présence moyen est estimé à 75%. Le régime est tout de même adapté dans certains établissements. La prison de Tournai a déjà sollicité une aide policière pour jeudi après-midi.

Les syndicats manifestent leur mécontentement dans les prisons depuis une semaine. Ils dénoncent la manière dont le ministre de la Justice, Koen Geens, souhaite mettre en place ce service minimum dans les prisons. Une réunion a encore eu lieu mercredi, sans apporter de solution. “La nouvelle proposition du ministre était inacceptable pour tous les syndicats”, a résumé Eddy De Smedt, du syndicat libéral VSOA/SLFP. L’ACOD/CGSP a de son côté annoncé jeudi matin qu’elle envisageait sérieusement de mener des mouvements similaires dans d’autres secteurs publics en solidarité au personnel des prisons.

En l’absence d’accord, les actions se poursuivent. Les organisations de travailleurs envisagent une grève de 24h00 chaque vendredi dans toutes les prisons du Royaume. En pratique, celle-ci débute le jeudi à 22h00 pour se terminer le vendredi soir.

Belga

Partager l'article

30 janvier 2020 - 13h39