Philippe Pivin voudrait “permettre à certains citoyens formés de rédiger un constat d’incivilité”

Philippe Pivin, député fédéral MR et bourgmestre de Koekelberg, a répondu aux questions de Jean-Jacques Deleeuw dans L’Interview, ce jeudi.

Interrogé par rapport à l’accueil des syriens par les différents cultes, il se place dans la ligne droite de la politique migratoire du gouvernement fédéral “Theo Francken remplit bien sa fonction, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un coup de com'”. Pour lui, “c’est un beau signal que donne la Belgique à l’étranger”. Par contre, sur le centre d’accueil pour les migrants du parc Maximilien mis en place par la Ville de Bruxelles, il ne souhaite pas d’intervention financière du fédéral.

Sur la sécurité à Bruxelles, Philippe Pivin dit avoir confiance aux 6 zones de police de la Région bruxelloise, il est contre la fusion, “la collaboration des 6 zones de police est bonne, les chefs de corps se parlent” mais il faut une évolution, il n’est pas contre l’idée de créer un état-major régional commun comme le défendait le co-président d’Ecolo sur notre antenne. Il insiste, à Bruxelles, “il faut renforcer la police de proximité”.

Philippe Pivin est également revenu sur son idée des “citoyens constatateurs” un concept qu’il explique dans l’interview, il insiste sur le fait que “donner un pouvoir de constatations d’incivilités aux citoyens, ce n’est pas lui donner une étoile de shérif”. L’idée c’est de “permettre à certains citoyens de rédiger un constat d’incivilité pour permettre une poursuite ultérieure, c’est permettre une plus grande efficacité mais ils seront formés”. Ces citoyens devront être formés, précise-t-il.

Asile et migration, sécurité à Bruxelles : retrouvez l’intégral de l’Interview de Philippe Pivin dans notre Replay

► Retrouvez L’Interview du lundi au vendredi à 12h45 sur BX1

Partager l'article

23 novembre 2017 - 14h34