Perquisitions à Bruxelles chez Phoenix Ancient Art: 4 suspects entendus pour blanchiment

Phoenix Ancient Art, la société des frères Ali et Hicham Aboutaam, des marchands d’art de réputation mondiale, est dans le collimateur de la justice belge, selon une information parue dans l’édition de jeudi de Paris-Match et confirmée vendredi par la porte-parole du parquet fédéral Wenke Roggen.

Elle précise que cinq perquisitions ont été effectuées en région Bruxelloise à des endroits en lien avec la société Gallery 51. Au total, quatre personnes habitant en Belgique ont été invitées pour audition comme suspect du chef de faux en écritures et usage, blanchiment et organisation criminelle.

Les enquêteurs ont trouvé un dépôt à Grand-Bigard, où des antiquités sont conservées. Les exploitations et analyses des saisies et du dépôt doivent encore être réalisées. Le bureau bruxellois de Phoenix Ancient Art, au 17 rue de la Régence près du Sablon, a notamment été perquisitionné le lundi 17 juin, de même que l’entrepôt.

Justice suisse

Paris-Mach a rappelé que Phoenix Ancient Art était aux prises avec la justice suisse depuis 2010, notamment au sujet d’un trafic présumé d’objets archéologiques qui a valu en février 2017 à Ali Aboutaam une inculpation pour fraude à la TVA, recel et infraction à la loi sur le transfert de biens culturels. Selon le magazine, c’est cette enquête qui pourrait rebondir à Bruxelles.

Il avance que la société, qui dispose aujourd’hui d’une succursale en Belgique, est dans le collimateur des autorités belges depuis janvier 2016, et ce depuis la saisie par les douanes de deux pièces exposées à la foire de la Brafa sur base d’un signalement du bureau Interpol de Damas (Syrie) au motif qu’elles pourraient provenir de fouilles archéologiques illégales. Paris-match explique que l’affaire a pris un tour judiciaire à l’automne 2017. Un dossier a alors été ouvert au parquet fédéral afin de vérifier certains flux financiers. Le dossier, porté à l’instruction, est dans les mains du juge Michel Claise.

Le gérant de Phoenix Ancient Art à Bruxelles, un ressortissant français, également aux commandes de la société Gallery 51, serait au centre des investigations policières, toujours selon Paris Match.

Avec Belga – Photo : Belga

Partager l'article

28 juin 2019 - 17h35