Olivier Maingain ne sera finalement pas agent de liaison francophone

Alors que le poste d’agent de liaison francophone avait été promis à Olivier Maingain, président de DéFI, lors des négociations bruxelloises, la fonction n’existera finalement pas dans la pratique. Le but de cette nouvelle fonction aurait été d’assurer une collaboration optimale entre les Régions wallonne, bruxelloise et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

C’est Barbara Trachte (Ecolo), cheffe du gouvernement francophone bruxellois, qui a annoncé mercredi l’impossibilité de créer ce poste d’agent de liaison, interrogée lors d’une séance plénière du parlement francophone bruxellois. En effet, l’arrêté de répartition des compétences de la Cocof prévoit que la coordination entre francophones soit assurée par la ministre-présidente de la Cocof, soit Barbara Trachte elle-même.

Le MR s’est réjoui de la nouvelle, puisqu’il avait rejeté depuis longtemps ce nouveau poste. Gaëtan Van Goidsenhoven a ainsi déclaré que “l’agent de liaison est officiellement enterré“, puisque ce poste était “en dépit de tout fondement juridique et dans le flou le plus complet“. Il a rajouté que “Nous n’avons aucunement besoin d’un nouveau brol institutionnel. Il revient avant tout aux institutions existantes, et à la Cocof en premier lieu pour ce qui concerne Bruxelles, d’établir de nouvelles relations de coordination constructives entre francophones dans notre pays“.

Si Olivier Maingain n’a pas réagi en personne, le député Michaël Vossaert (DéFI) a fait part de sa déception. Pour lui, la fonction d’agent de liaison n’empiétait aucunement sur les compétences de la ministre-présidente, et avait surtout pour mission de débroussailler le terrain.

Arnaud Bruckner – Photo : Belga / Nicolas Maeterlinck

Partager l'article

19 septembre 2019 - 09h49