Michaël Vossaert sur la grève générale du 15 mars pour le climat: “Je comprends, mais il faut aussi faire tourner l’économie”

Ce vendredi, Michaël Vossaert,  député bruxellois et président de DéFI Bruxelles, était l’invité de Stéphanie Meyer dans l’interview.

Les jeunes appellent à une grève générale le 15 mars prochain, pas seulement en Belgique mais dans les autres pays. C’est ce qu’ont confirmé Greta Thunberg et les trois organisatrices belges des manifestations Youth for Climate qui défend le climat et met en garde contre le réchauffement climatique.

On soutient toutes les manifestations“, affirme Michaël Vossaert,  député bruxellois et président de DéFI Bruxelles. “Si le mouvement des jeunes veut aller vers un mouvement de grève, je peux le comprendre, car il y a aussi un ras-le-bol. Mais en même temps, je pense qu’il faut toujours faire tourner l’économie et faire en sorte qu’on continue le travail. Mais chez Défi, on ne veut pas de récupération politique.” Et de poursuivre: “Les jeunes le disent: les politiques doivent agir, mais doivent surtout écouter et prendre en compte l’avis des experts“.

Pourtant, les organisatrices l’ont déclaré jeudi soir, en conférence de presse, elles n’ont pas l’impression d’être entendues par le monde politique. “Je vous donne l’exemple de la loi Climat. Elle est portée par d’experts et de professeurs d’université. Voilà un bon exemple où lii e politique doit suivre. (…) Le débat n’est plus de savoir si on doit agir ou pas, maintenant c’est ‘comment’“, poursuit Michaël Vossaert.

► Retrouvez l’interview dans son intégralité sur BX1

Partager l'article

22 février 2019 - 13h00