Manifestation pour le climat : “un mouvement social est en train d’émerger”

Ce jeudi, ils étaient 32.000 à marcher pour le climat dans le centre de Bruxelles; 100.000 personnes marchaient le 2 décembre, et les manifestants devraient être nombreux dimanche pour un nouveau rendez-vous sur le même thème. Les manifestations se multiplient, au risque de brouiller le message? Et avec quel résultat?

On voit un mouvement qui explose“, se réjouit Nicolas Van Nuffel, membre de la plateforme des ONG organisatrices de la manifestation du 2 décembre. “Pendant une décennie nous avons essayé d’informer sur l’urgence climatique, et une génération arrive, avec ces valeurs-là dans son ADN. Un mouvement social est en train d’émerger et on va pouvoir, je l’espère obtenir des décisions politiques majeures.”

Youna Marette était dans le cortège ce matin : “Beaucoup de professeurs nous soutiennent, nous félicitent et nous encouragent!

L’association Rise for climate prévoit elle une action plus radicale dimanche. “Une action de désobéissance civile de masse“, explique Johan Verhoeven. “Le cadre conventionnel des manifestations ne suffisent plus selon nous“. Les modes d’actions sont complémentaires, pour Nicolas Van Nuffe : “Il faut montrer que la masse des citoyens attend un  changement mais qu’il y a aussi une impatience, et la désobéissance fait partie des moyens légitimes d’action. ” Et d’ajouter : “Nous sommes ravis d’être relayés! Les citoyens s’emparent de la mobilisation. ”

Une mobilisation sans précédent … avec quels résultats?

Il y a eu beaucoup de petites réponses à de grosses questions, c’est ça le problème. Nous n’avons pas été convaincus.”, répond Zoé Dubois, rhétoricienne. “On sera convaincus quand il y aura des mesures concrètes.”, ajoute Youna Marette.

Nicoals Van Nuffel : “Il y a des choses qui ont bougé au niveau des régions.”.  “La Région bruxelloise a pris une série d’engagements dans l’après-2 décembre, en s’inscrivant par exemple dans un cap de réduction de gaz à effet de serre de 55% d’ici 2030. Mais les trois régions et le fédéral doivent se mettre ensemble pour pouvoir le réaliser et la Flandre freine. ”

Pour Younes Marette, il faut “voir au-delà de la Belgique. On a parlé de nous jusqu’à Syndey!

► Avec :

Nicolas VAN NUFFEL, responsable plaidoyer – CNCD – 11.11.11
Zoé DUBOIS, élève et manifestante
Youna MARETTE, élève et manifestante
Johan VERHOEVEN, Co-organisateur de “Pas de loi climat, pas de rue de la loi” – collectif Act For Climate Justice

M, le mag de la rédaction, du mardi au jeudi à 18h20

Partager l'article

24 janvier 2019 - 19h40