Maingain sur le stade national: “Michel et Reynders auraient dû remonter les bretelles de Courtois”

Le président de DéFI Olivier Maingain, député fédéral et bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, a répondu ce jeudi aux questions de Jean-Jacques Deleeuw dans L”Interview.

Interrogé dans un premier temps sur la grande manifestation catalane qui a lieu ce jeudi au parc du Cinquantenaire, il ne croit pas au projet catalan. “Je ne crois pas qu’il soit réaliste dans l’Union européenne qu’une région décide de sortir d’un Etat-membre. Ceux qui prononcent ce choix doivent savoir les conséquences. Il faut avoir l’accord de l’ensemble des Etats-membres de l’Union européenne (soit 28). Il suffit qu’il y ait un Etat qui dise non, comme par exemple l’Espagne, pour que la Catalogne soit hors de l’Union européenne, de la zone Euro ou encore de la zone Schengen.

Olivier Maingain poursuit en affirmant que cela relève cependant du débat politique interne à l’Espagne. “J’ai toujours eu beaucoup de sympathie pour les Catalans, car ils ont résisté au régime franquiste. Mais ce n’est pas parce qu’il y a eu ce moment de l’Histoire qu’il faut aujourd’hui faire une sorte de fuite en avant“.

Concernant le stade national, le président de DéFI se dit “consterné” par toute la polémique. “Si messieurs Michel et Reynders trouvaient le projet Eurostadium cochonné, ils auraient dû remonter les bretelles à Monsieur Courtois. (…) Nous ne sommes pas pour prôner l’échec du projet évidemment, car la Belgique serait ridicule. Mais aujourd’hui, chacun se débine. Quelle lâcheté collective! Qu’est-ce que c’est que ce pays où tout fout le camp, ou chacun se renvoie la balle?

► A lire:

Stade national : Ghelamco souhaite “un médiateur interrégional” et annonce la poursuite de son projet

• Didier Reynders : “Il aurait fallu choisir de rénover le stade Roi Baudouin”

Partager l'article

07 décembre 2017 - 10h21

Trouvez un emploi avec Stepstone :