Magali Plovie : ” Je veux travailler sur la question de la démocratie”

Députée bruxelloise écolo et présidente du parlement de la Cocof, Magali Plovie était l’invitée de Jean-Jacques Deleeuw dans l’Interview. Ensemble, ils sont revenus sur sa vision du parlement de la Cocof et l’avenir de la Porte d’Ulysse. 

Un des buts de la nouvelle présidente du parlement francophone bruxellois est de faire comprendre le rôle de cette institution. “Les institutions à Bruxelles sont complexes et les gens s’y perdent. Pourtant la Cocof a des compétences très importantes pour les gens. Elle gère des projets d’écoles, des projets culturels qui sont porteurs de valeurs importantes en termes de droits humains et d’émancipation. On va aussi mettre les rencontres avec les citoyens à l’honneur en continuant les Jeudis de l’hémicycle. On met en débat une thématique et l’on fera des suivis sur ces problématiques. On a tout un travail qui se fait avec les écoles notamment concernant le travail de mémoire sur la colonisation. Je voudrais le poursuivre et aussi aborder la question de la démocratie. Je veux vraiment concrétiser ça et j’ai engagé une personne pour qu’elle travaille sur ces questions de démocratie.” 

Après ces débats, Magali Plovie souhaite analyser les choses. Elle n’exclut pas de faire venir des experts afin d’être correctement informé.” Les experts sont importants pour la connaissance afin de décider. En Irlande, on a un mélange entre les parlementaires et les citoyens. Cela doit être représentatif. On a un travail dans les villes et les villages pour faire vire les débats. La délibération est importante si elle est portée par un grand nombre de la population.” 

Trouver une situation pérenne pour la Porte d’Ulysse

Magali Plovie est également revenue sur le dossier de la Porte d’Ulysse qui peut rester jusqu’au 31 octobre dans ses locaux. Cependant, cela ne résout pas le problème sur le long terme. “On a l’étape d’urgence sur le bâtiment et il y a une vraie volonté de la Région d’avancer pour avoir une solution. L’idée n’est pas de mettre les personnes dans la rue. D’après ce que j’entends, c’est en bonne voie. Une solution qui est en train d’être trouvée. Ensuite, on doit stabiliser les politiques pour un financement pérenne de la porte d’Ulysse. On doit aussi voir avec le fédéral pour des mesures structurelles et on sait qu’il y a un blocage. C’est honteux. La Région ne peut pas prendre la place du fédéral. C’est déplorable en termes d’humain.” 

Regardez l’intégralité de l’Interview

V.Lh.

Partager l'article

25 septembre 2019 - 13h35