#M: Sponsors vs Athlètes, le recyclage en Belgique et une expo intimiste au programme de l’émission

Après les révélations de Nafi Thiam quant à ses relations avec ses sponsors durant l’Euro d’athlétisme, les règles vont-elles changer pour les athlètes ? 

Voir Nafi sept mois plus tard en pleurs, je trouve que cela expose l’hypersensibilité des athlètes pendant les compétitions” explique Gilles Goetghebuer, Rédacteur en chef de “Sport et vie”. “C’était très maladroit d’avoir bouleversé l’athlète à ce moment-là. L’affaire a d’ailleurs été gonflée maladroitement par tous les acteurs, y compris les sponsors“.

Pieter Desmet, ancien athlète de haut niveau, abonde dans le même sens: “ce qui m’a perturbé le plus, c’est le fait qu’on l’a “harcelée” entre la première et la deuxième journée pour qu’elle mette le bon maillot. C’est très bizarre car les athlètes ne sont pas des machines mais bien des êtres humains. A ce moment-là, elle doit juste se concentrer. Manger, dormir”.

Le nœud du problème réside dans le contrat, imposé aux athlètes de haut niveau. “Ces contrats sont très épais, avec des clauses extrêmement pointilleuses. Cela dit, cela ne concerne qu’une petite minorité d’athlètes. C’est une affaire de gros sous entre ceux qui ont vraiment besoin des aides de la Ligue et des autres“, détaille Gilles Goetghebuer. “Mais de manière générale, la mainmise des sponsors sur le sport va trop loin. C’est dommage car on se coupe justement de ce qui fait la beauté du sport“.

Je pense que ce document doit exister mais que l’on doit en parler beaucoup plus tôt avec tous les acteurs afin de trouver un bon équilibre” propose quant à lui Pierre Desmet. Gilles Goetghebuer confirme: “Nafi n’est pas cupide. Elle n’a jamais essayé de profiter de la situation. C’est d’ailleurs triste qu’elle soit au coeur de tout cela (…) Je pense que l’on pourrait apaiser la situation si tout se faisait dans un cadre relativement solidaire et avec des sentiments de partage” conclut Gilles Goetghebuer.

Sandrine Warsztacki est journaliste pour la revue Médor et selon elle, les chiffres des déchets recyclés en Belgique sont gonflés, ce qu’elle dénonce dans la dernière édition du magazine. Alors qu’en est-il réellement ? 

Selon les chiffres officiels, donnés par Fost Plus, l’organisme en charge d’organiser le recyclage sont les suivants:

  • 698.000 tonnes d’emballages ménagers en Belgique
  • 87.989 tonnes de plastiques recyclés en 2017 (soit un taux de 89.1%)

La méthode de Fost Plus est relativement simple: ils estiment le nombre d’emballages mis sur le marché et ensuite ils pèsent ce qui ressort des sacs bleu. Mais quand on y regarde de plus près, cette méthode comporte quelques failles : “Les Belges vont souvent acheter des bouteilles en verre ou des canettes à la frontière française (en raison du prix), ces canettes ne sont pas mesurées comme faisant partie du marché mais sont bien pesées, ce qui entraîne une première sur-évaluation. On arrive par exemple à un chiffre comme 114% de bouteilles en verre recyclées. Ce qui est absurde“, explique Sandrine Warsztacki.

Deuxièmement toutes les entreprises ne déclarent pas ce qu’elles mettent sur le marché, particulièrement le e-commerce“.

Enfin, un premier tri est réalisé dans les sacs bleu mais dans les usines de recyclage, il y a encore des déchets (comme par exemple une bouteille d’eau encore remplie), ce qui signifie que le poids est donc plus lourd et qu’on a recyclé moins de bouteilles que ce qui a été calculé“.

Un expert néerlandophone estime qu’il y a environ 60% de bouteilles recyclées, alors que Recover arrive même à un chiffre encore plus bas (50%). “Il est vrai qu’il est difficile d’estimer le chiffre de bouteilles réellement recyclées mais il n’est certainement pas à 80%” affirme Sandrine Warsztacki.

Elle enchaîne: “Il faut continuer à investir dans le recyclage mais cela ne suffit pas. Le vrai enjeu est de réduire sa consommation de déchets, de changer son mode de consommation. La responsabilité est donc partagée entre les consommateurs et les entreprises“.

La Belgique ne fait pas pour autant partie des mauvais élèves en matière de recyclage : “Pour ce qui concerne les emballages ménagers, il est vrai que nous n’envoyons pas nos bouteilles au bout du monde. Elles sont recyclées en Belgique ou dans des pays limitrophes. Il y a donc quand même des choses que l’on fait bien !” conclut Sandrine Warsztacki sur une note positive.

“Un infini désir de nous” est une expo qui sera visible jusqu’à la fin du mois et qui a lieu à la Maison des artistes à Anderlecht. Un projet qui a été mené de concert avec les habitants du quartier. 

J’étais vraiment passionnée par cet espace“, explique l’artiste, Kika Nicolela. “Ce quartier rassemble plein de choses intéressantes de Bruxelles d’un point de vue multiculturel. Je voulais découvrir d’une façon intime ces habitants“.

J’ai été inspirée par le concept de la brocante, que je ne connaissais pas. J’ai offert plein d’objets très personnels. Les gens venaient ensuite avec leurs propres objets et on procédait à un échange. Ces objets devenaient alors le déclencheur de quelque chose, d’un rapport entre nous” explique Kika Nicolela.

Elle poursuit: “avec cet objet, ils racontaient ensuite une histoire. C’était vraiment intéressant car cet objet était alors comme un catalyseur pour leur mémoire à eux“.

L’artiste témoigne également de sa volonté de découvrir l’intimité des Anderlechtois: “On vit de plus en plus dans une société qui construit l’autre comme quelque chose qui fait peur. J’essaye d’utiliser la caméra comme une façon d’aller à la rencontre de l’autre, une rencontre qui n’existerait pas dans la vie réelle“.

Et d’en plus créer une relation avec ses interlocuteurs qui dépasse le cadre de l’exposition : “J’ai rencontré des personnes de tous les âges et de toutes les origines. Cela traduit d’ailleurs de la richesse de ce quartier. Ces personnes sont revenues pour le vernissage. Notre relation a donc continué“, conclut Kika Nicolela.

T.Dest 

Partager l'article

06 mars 2019 - 19h45