#m: rénovation des prisons, photovoltaïque et festival Images mentales

Dans votre magazine #m, Sabine Ringelheim donne la parole à ses invités et ouvre le débat: 

Les prisons belges font l’objet d’un plan de rénovation mais le programme s’échelonne sur 20 ans. Alors, réelle avancée ou poudre aux yeux ?

Pour Vincent Spronck, Directeur de la Prison de Forest, « Ce plan est un progrès, même s’il s’étend sur 20 ans. Il est clair que cela demandera de gros travaux au du temps, mais cela rend l’arrêté crédible. Si on avait dit « dans un an tout sera fait ! “, personne ne l’aurait cru ».

Pour Marie Berquin, Présidente de l’Observatoire international des prisons, « Cest sûr que c’est une avancée ». Mais elle nuance : « Ce que l’on soupçonne, c’est que la Cour impose un contrôle par le comité des ministres européens, de la situation en Belgique, afin de voir ce que la Belgique a mis en place pour résoudre ces problèmes structurels ». Elle poursuit : « Or, la Belgique est condamnée pour des problèmes structurels (tailles des cellules, …) et des problèmes de surpopulation, qui eux ne vont pas être affectés par cet arrêté”.

Selon elle, ces mesures devraient même augmenter la population carcérale : « Dans une certaine mesure, on fait un plan de rénovation pour que les choses aillent mieux, mais d’un autre côté, on agit dans le sens contraire ». Pour Vincent Spronck, ces mesures devraient au contraire permettre de libérer 2.000 places d’ici 2024. « Mais il est clair que certaines mesures auraient pu être mises en vigueur plus tôt. On a aujourd’hui un délai de 20 ans. On aurait pu le faire avant mais mieux vaut tard que jamais ».

A noter également que cet arrêté ne concerne pas les prisons bruxelloises de Forest et Saint-Gilles. « A Forest, on est passé de 750 détenus, au pire de la crise, à 180 détenus. On a du garder les parties de la prison les plus délabrées car elles sont plus accessibles pour les pompiers. Ce sont des conditions médiévales ». Il abonde en disant que selon lui, « Saint-Gilles va sans doute connaître ce que Forest a connu. Mais si le Conseil d’Etat valide l’arrêt, 2022, j’y crois ».

Marie Berquin est quant à elle plus sceptique : « J’entends bien que tout ne peut pas se rénover en un an, mais qu’est ce qui nous dit que le plan se mettra en place demain ? Il est clair que c’est une avancée mais j’y crois assez peu sur la mise en place prochaine de ces rénovations ».

2018 est une année record pour le photovoltaïque à Bruxelles. Avec 15MW de nouvelles installations dans la capitale, c’est une augmentation de 50% par rapport à 2017. Mais à l’échelle mondiale, ces chiffres ne restent-ils pas très marginaux ?

« Bruxelles ferait 0.1% ou 0.2% du marché belge. Cela reste donc très marginal » assène d’entrée Grégory Neubourg, de l’Institut Becquerel. « Mais il faut distinguer les installations des particuliers (entre 3.000 et 4.000) et les installations de moyenne ou grande taille, qui représentent 80% des installations à Bruxelles » explique pour sa part Pascal Misselin, coordinateur Brugel.

« Dans la capitale, il existe surtout des problèmes d’infrastructures », poursuit-il. « Dans un immeuble à appartements, qui bénéficie de l’électricité ? Il y a une sorte de difficulté technique mais aussi organisationnelle ».

Pour l’instant, il existe deux types d’aides pour attirer les consommateurs vers le photovoltaïque : le principe de compensation (« le compteur qui tourne à l’envers ») et les certificats verts, « qui sont une aide à la production assez généreuse » selon Grégory Neubourg. Pourtant, pour Pascal Misselin, ces aides ne sont pas la solution : « Nous voulons arrêter la compensation car la charge des frais du réseau doit être répartie équitablement sur tous les membres du réseau. En ce qui concerne les certificats verts, ils sont très généreux, trop généreux. Sur quelques mois, cela peut aller, mais il ne faut pas laisser durer cette situation trop longtemps ».

Pour Grégory Neubourg, « l’enjeu de demain, c’est de partager son électricité pas seulement entre voisins mais aussi entre bâtiments. La Région avance dans ce domaine et c’est un potentiel qu’il sera intéressant de suivre dans les prochaines années ».

11ème édition du festival Rencontres- Images mentales qui traite des représentations de la folie autour du cinéma et qui entend bien casser les stéréotypes.

« Le cinéma est un vecteur d’imaginaire, d’émotions », explique Christian Marchal, membre de l’asbl « L’Autre lieu ». « De plus, les cinéastes nous offrent un regard singulier, qui n’est souvent pas celui du public ou du patient. Ils offrent aussi parfois un regard décalé, qui pose question, par rapport aux soins ou à la vision sociale de la maladie mentale ».

« On s’est vite rendu compte que la maladie mentale a mauvaise réputation » explique pour sa part Martine Lombaers, coordinatrice de Psymages. « Il nous semblait nécessaire de pouvoir proposer un autre regard sur ces personnes en souffrance et par la réalisation de ces petits films, on a cherché un endroit où l’on pouvait leur donner la parole ».

Au programme du festival, la projection de plusieurs films mais aussi un spectacle sur scène (professionnel et amateur), qui part du témoignage des participants qui ont été interrogés.

T.Dest 

Partager l'article

19 février 2019 - 19h40