#M: 29% des enfants bruxellois vivent dans la pauvreté

Une étude portée par la Fondation Roi Baudouin a revu les critères de pauvreté pour les enfants. Selon Anne-Catherine Guio, du Luxembourg Institute of Socio-Economic Research, il fallait un nouvel index qui permette de comparer les conditions de vie de tous les enfants européens.

“Ce qui existait aujourd’hui ne suffisait pas. Nous n’avions qu’une approche monétaire alors que l’indicateur de déprivation reprend les conditions de vie des enfants au quotidien.” L’indicateur comprend 17 critères dont la possibilité d’avoir des vêtements, des chaussures, des livres adaptés à leurs âges ou encore à pouvoir manger des légumes et des fruits tous les jours.

“Il y a eu beaucoup de travail en amont pour le définir, ajoute la chercheuse. Les indicateurs devaient être comparables entre les pays. Par contre, nous rappelons qu’il n’y a pas d’obligation de partir de vacances, en excursions scolaires… si la famille ne peut pas se le permettre alors elle est considéré comme en déprivation”.

Une grande disparité entre les régions

A Bruxelles, 29% des enfants vivent dans une situation de privation alors qu’ils ne sont que 8% en Flandre. Bruxelles peut ainsi être comparée à la Lituanie ou au Portugal alors que la Flandre enregistre les mêmes taux que la Suisse ou les pays scandinaves.

Partant de ce constat, les chercheurs ont établi une liste de recommandations à destination des politiques. Ils demandent notamment une vraie évaluation des politiques mises en place pour plus d’efficacité sur le long terme.

Regardez l’émission dans son intégralité 

 

Partager l'article

13 décembre 2018 - 18h58