L’Ihecs refuse de fusionner avec l’ULB

L’Ihecs (Institut des hautes études en communication sociale) a annoncé qu’il ne fusionnera pas avec l’ULB (Université libre de Bruxelles). Une décision notamment prise en raison de divergences de “points de vue culturels et de mode opératoire”, a annoncé l’institut dans Lesoir.be 

Les écoles de journalisme actives sur le territoire bruxellois projetaient de fusionner depuis 18 mois. Mais le problème s’est posé “quand on a abordé le cœur de la discussion – le fonctionnement quotidien”, explique au Soir Jean-François Raskin, administrateur général de l’Ihecs. “On s’est aperçu du fossé considérable entre nos deux institutions, des points de vue culturel et du mode opératoire. L’Ihecs a une culture de réactivité qu’il nous a paru impossible, actuellement, à marier avec celle de l’ULB. Ou alors il nous fallait changer notre projet pédagogique, ce que notre personnel ne voulait pas, sous peine de perdre la valeur de notre projet. »

“Manifestement, le projet a généré une anxiété au sein du personnel de l’Ihecs qui nous contraint à renoncer momentanément à l’intégration en tant que telle mais pas à l’augmentation de nos collaborations”, affirme Yvon Englert, recteur de l’ULB au Soir.

En effet, les deux écoles ne renoncent pas à de futures collaborations, notamment à travers des co-diplomations ou des cohabilitations pour la rentrée 2021.

YdK

► L’Ihecs et l’ULB veulent obtenir un décret qui permettra leur fusion

► Une fusion avec l’ULB inquiète les étudiants de l’Ihecs

Partager l'article

18 janvier 2020 - 11h56