Les pompiers de Bruxelles sont trop à l’étroit dans la caserne centrale de l’Héliport

Les pompiers bruxellois sont à l’étroit dans la caserne centrale de l’Héliport. L’état des casernes devient de plus en plus préoccupant.

Un camion bloqué par des dizaines de sacs d’intervention. Une situation à l’image de la vie dans la caserne, devenue bien trop étroite pour les 60 pompiers qui se relaient ici, 24h/24. Construite il y a 40 ans, la caserne de l’Héliport ne répond pas aux normes pour accueillir, par exemple, la dizaine de femmes pompiers.

Eric Labourdette, pompier bruxellois et président du SLFP, nous a montré le sous-sol de la caserne. Un couloir humide, sans fenêtre ni aération, deux hommes nettoient toute la journée les tuyaux d’arrosage.

Ce mardi matin, en commission Affaires intérieures du parlement bruxellois, on apprend que la région bruxelloise cherche en ce moment un site pour construire une nouvelle caserne.

Vers une nouvelle caserne

L’annonce de Pascal Smet, le Secrétaire d’Etat en charge du Siamu, de construire une nouvelle caserne centrale, donne un souffle d’espoir mais pour le syndicat libéral le temps presse.

Eric Labourdette, pompier bruxellois et président du SLFP: “On ne peut être que content et on supporte tout à fait la décision du Secrétaire d’Etat parce qu’on se rend compte que ce bâtiment qui a 40 ans on ne sait pas en faire du neuf demain, il n’est plus adapté à la situation réelle et actuelle. En 40 ans, les services de secours ont vachement évolué et tant mieux. Il y aurait un terrain de libre sur le site de Tour & Taxis et un autre le long du canal. Reste à voir quels budgets seront dégagés par le gouvernement, c’est tout le problème. Il ne reste plus tellement de terrain à Bruxelles et donc je pense que si on veut avoir un jour une caserne digne des temps modernes et digne d’une région comme celle de Bruxelles-Capitale, il faut se dépêcher pour trouver le terrain. Il y en a deux qui sont dans le secteur d’activités que l’on connaît aujourd’hui et il faut entamer les pourparlers dès que possible pour acheter ces terrains.”

Pascal Smet ne souhaite pas communiquer d’avantage sur l’ouverture de cette nouvelle caserne qui devra accueillir à la fois les pompiers mais aussi les 250 agents administratifs qui travaillent aujourd’hui sur le site de l’Héliport.

■ Un reportage de Marine Hubert et Marjorie Fellinger

Partager l'article

09 octobre 2019 - 18h37