Découvrez   

Les examens arrivent… Le stress aussi!

CEB, CE1D… Les examens approchent pour de nombreux étudiants. Ils sont souvent synonyme de stress. Comment gérer cette période ? Faut-il supprimer les examens? David Courier en parle dans M le mag de la Rédac avec une psychologue, un directeur d’école et une chargée de mission pour la FAPEO.

“Il y a une différence entre le stress et l’anxiété. Le stress, c’est une réponse physiologique et naturelle. Il y a du bon stress et du mauvais stress. On a besoin de stress pour pouvoir vivre. Ça nous rend normalement plus performant. Cela nous permet d’avoir les idées centralisées sur quelque chose. Donc, le stress peut être tout à fait bon. Le stress devient mauvais lorsqu’il dure trop longtemps ou lorsqu’il dépasse un intensité gérable pour la personne. A ce moment-là, ça devient du mauvais stress qui devient contre-productif”, explique Charlotte Mauchien, psychologue aux Cliniques Universitaires Saint-Luc.

D’après elle, ce “mauvais stress” peut avoir une influence sur la mémoire et la concentration. Certains enfants vont somatiser et sentir des maux de ventre, des maux de tête, des angoisses, des vertiges, ou encore des troubles du sommeil.

Les parents sont-ils aussi générateurs de stress?

Le stress dépasse l’univers de l’école et provient également des parents. Véronique De Thier, chargée de mission pour la FAPEO, le pense. “Dans cette société de la performance, cette crainte de l’échec est forte. Les parents veulent que leurs enfants réussissent”. Pour elle, “ils génèrent probablement du stress car eux-mêmes sont anxieux”.

Marc Bouhy, directeur de l’école primaire Notre-Dame de Lourdes à Bruxelles, y voit aussi un double stress. “Il y a la performance en terme d’apprentissage, mais il y a aussi le désir de faire plaisir et donc la crainte à contrario de décevoir ses parents et son enseignant éventuellement. Donc, ce double stress ne favorise pas la réussite de l’enfant”.

Partager l'article

07 juin 2019 - 19h13
Modifié le 07 juin 2019 - 19h13