Le taux de suicide policier n’est pas plus élevé que la moyenne belge

Entre la nuit de mercredi et jeudi, le commissionnaire divisionnaire Didier Govaerts, de la zone de police Bruxelles-Ixelles a mis fin à ses jours. Selon les chiffres de la Police Fédérale, 10 policiers se sont suicidés en 2018 en Belgique et 7 déjà en 2019.

Si le suicide du commissaire Govaert ne semble pas lié à sa profession, le phénomène du suicide n’est pas nouveau dans le milieu policier. “Une explication peut être la surcharge de travail demandée aux policiers, ainsi qu’un manque important d’effectifs”, explique Marc Duplessis, syndicat CGSP de la police de Bruxelles. “Ils doivent également être toujours plus polyvalents, on leur demande parfois de jouer le rôle d’assistant social, qui dépasse leurs attributions“.

En 2018, sur 50.000 membres du personnel en Belgique, qu’ils soient de terrain ou dans l’administration et la logistique, 10 ont décidé d’en finir. Ils sont déjà 7 cette année. Pourtant, une idée reçue voudrait que le pourcentage de taux de suicide dans la police soit plus élevé par rapport à la moyenne générale en Belgique. Il n’en n’est rien, le taux étant identique, autour de 0.02%.

La rédaction – Image: Belga

Partager l'article

11 octobre 2019 - 13h57