Le Service Citoyen fête ses 10 ans mais peine à être reconnu en Belgique, témoignages dans M

La plateforme pour le Service Citoyen permet aux jeunes de 18 à 25 ans de s’engager au service de la collectivité et pour le bien commun, en alternant des temps de mission et de formation, avec un objectif de brassage, de mixité, de citoyenneté, de développement personnel et d’émancipation. 

La Plateforme pour le Service Citoyen réunit plus de 300 organismes autour d’un objectif commun : la création d’un Service Citoyen pour les jeunes de 18 à 25 ans en Belgique. À l’image des dispositifs similaires existant dans de nombreux pays européens, le Service Citoyen nécessite un cadre légal et doit être soutenu par l’État.

Mais le service manque cruellement de reconnaissance en Belgique. En France, 95.000 jeunes ont fait un service civique en  2016, contre seulement 180 jeunes en Belgique.  La raison : la non-reconnaissance du service par l’état. Bien que la plateforme profite d’un petit financement de la part de la Région bruxelloise, le service citoyen ne dispose d’aucun financement au niveau fédéral. La plateforme souhaite que le fédéral mette en place un statut spécial pour ces jeunes.

Omar Soler, coordinateur de la plateforme à Bruxelles, était l’invité de M en parler avec l’une des jeunes participantes, Anissa Mokrani. Anissa était étudiante en psychologie, elle a décidé de faire un service citoyen en tant que maraichère, une expérience qui a changé sa vie :  “quand je travaille à la ferme, ça me fait un bien fou”, nous dit-elle.

 

Partager l'article

29 mars 2019 - 18h58