Le procès d’Aysel T., prévenue pour le meurtre de son mari, est reporté au 8 octobre

La cour d’appel de Bruxelles a de nouveau reporté le procès d’Aysel T., mercredi. Une nouvelle audience a été fixée au 8 octobre prochain, suite à l’absence d’expertise psychologique. La prévenue avait incendié son propre immeuble en mai 2016 dans lequel était enfermé son mari. Il est décédé des suites de ses blessures.

La cour n’a pu entamer les débats mercredi en raison du fait que la nouvelle expertise psychiatrique de la prévenue qu’elle a ordonnée n’a toujours pas été réalisée. Aysel T. est prévenue pour avoir tué son mari après avoir bouté le feu à son immeuble, le 25 mai 2016, à Bruxelles. En novembre 2017, le tribunal correctionnel de Bruxelles l’avait condamnée à 20 ans de prison.

L’affaire avait déjà été reportée en décembre 2018 puis en mars dernier, dans les deux cas parce que l’expertise complémentaire du nouveau collège d’experts psychiatres désigné n’avait pas encore été réalisée. Mercredi, la cour a fait la même constatation. Le dossier a ainsi été remis au 8 octobre prochain à 09h00. Entretemps, la prévenue a été libérée sous conditions en mars dernier en raison de ces reports du procès qui allongeaient inutilement sa détention préventive.

Aysel T., une mère de trois enfants, âgée de 46 ans, avait incendié l’immeuble dont elle est propriétaire, situé rue du Pont de l’Avenue à Bruxelles, vers 7h30 du matin le 25 mai 2016. Son mari, Erdal K., dormait dans leur chambre à coucher, au 2e étage, enfermé à l’intérieur. Il s’était retrouvé pris au piège des flammes. L’homme avait ensuite sauté d’une fenêtre pour échapper au feu et aux fumées toxiques. Victime de multiples fractures, notamment au crâne et à la colonne vertébrale, et partiellement brûlé, il était décédé à l’hôpital un peu plus tard.

Belga

Partager l'article

19 juin 2019 - 14h07