Le festival cinématographique bruxellois BRIFF peut garder son nom

Le juge des cessations du tribunal de l’entreprise de Bruxelles a donné raison à l’ASBL Un soir Un grain, organisatrice du Brussels International Film Festival (BRIFF) face au Festival International du Film de Bruxelles (FIFB).

Ce dernier souhaitait que son concurrent, dont la dénomination est la traduction anglaise de la sienne, change de nom. Pour le FIFB, né en 2015, le BRIFF, apparu trois ans plus tard, crée, avec un nom similaire au sien, la confusion auprès du public.

L’affaire avait été plaidée en novembre dernier et le juge a rendu une décision dans le courant du mois de décembre. “Le tribunal a estimé qu’on avait le droit, eux comme nous, d’appeler notre festival en anglais ou en français. Nous, nous avons choisi de l’appeler strictement en anglais“, a commenté Pascal Hologne, directeur de l’asbl Un soir Un grain qui organise le BRIFF et également, depuis 1998, le Brussels Short Film Festival. “Par ailleurs, pour nous démarquer du FIFB et de son appellation francophone, on a justement utilisé dès le départ l’acronyme original BRIFF, qui correspond à Brussels International Film Festival, donc une appellation anglaise et non française, et avec le “r” en plus. Cela nous permettait aussi de bien nous distinguer du BIFFF, le Brussels International Fantastic Film Festival“, a-t-il précisé.

Le tribunal a estimé que notre festival n’avait donc jamais cherché à se faire passer pour l’autre. Que du contraire, dans toutes nos communications on a cherché à bien se démarquer. On ne veut justement pas être confondu avec un autre festival“, a expliqué Pascal Hologne. Pour le juge, la confusion entre le FIFB et le BRIFF n’est pas possible, d’autant qu’ils n’ont lieu ni au même endroit ni à la même date.

Belga 

Partager l'article

21 février 2020 - 11h39