Découvrez   

L’association d’aide alimentaire “Deux euros cinquante” suspend temporairement ses activités

Créée en septembre 2017, l’association “Deux euros cinquante” qui vient en aide aux plus démunis annonce l’arrêt temporaire de ses activités. En cause, “le renouvellement insuffisant du nombre de bénévoles actifs et les finances“.

Dans un long message publié sur sa page Facebook, Itsik Elbaz, comédien et co-fondateur de “Deux euros cinquante”, annonce “la lourde décision de cesser temporairement les activités de l’association“. Les bénévoles viennent à manquer et bien que l’engagement des citoyens dans le mouvement ne s’affaiblit pas, “il s’est resserré autour des mêmes personnes qui consacrent tous leurs vendredis depuis des mois à l’opération hebdomadaire à la Gare du Nord“. Une lourde charge pour ces quelques personnes volontaires, mais Itsik Elbaz précise, “il n’y a doublement aucun reproche car nous ne devons collectivement jamais oublier que vous, citoyen.ne.s, avez pallié les graves déficiences d’une politique d’accueil absente et coûteuse en plus d’être indigne et inhumaine”.

⚠️ COMMUNICATION TRÈS IMPORTANTE. SUSPENSION TEMPORAIRE DES ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION DEUX EUROS CINQUANTE. ⚠️⚠️…

Publiée par Itsik Elbaz sur Dimanche 5 mai 2019

Des finances en berne

L’association qui reposait sur des dons fait le constat de ses caisses vides : “Le solde du compte en banque passe régulièrement sous la barre des 1000€ et il est devenu très complexe de demander encore et encore que vous, chers donateurs, versiez quelques euros supplémentaires”, explique le co-fondateur. Par manque de temps, difficile pour les volontaires de lancer des collectes plus structurées via par exemple des concerts ou des soirées spéciales.

Une suspension temporaire

Tous ces arguments poussent les comédiens Marie-Aurore D’Awans et Itsik Elbaz, à l’origine de “Deux euros cinquante”, à mettre les activités de l’association sur pause pendant quelques semaines afin de lancer une réflexion pour la structurer autrement, afin qu’elle soit “moins chronophage”.

Lancée via une page Facebook il y a un peu plus d’un an et demi, “Deux euros cinquante”, soit la somme moyenne nécessaire pour constituer un repas équilibré, a servi plus de 100.000 repas aux personnes dans le besoins et démunies (réfugiés, SDF…). Ce mouvement citoyen qui vise à “donner un coup de main” aux associations professionnelles déjà existantes, récolte les dons afin de faire des courses alimentaires, transformées ensuite en paquets individuels remis aux nécéssiteux.

M.G.

 

Partager l'article

06 mai 2019 - 08h18
Modifié le 06 mai 2019 - 08h18