La reine Paola sur les traces de Tintin avec des jeunes issus de pays en conflit

La reine Paola a visité en fin de matinée les musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, situés dans le parc du Cinquantenaire, afin de soutenir le projet “Tintin en Belgique” porté par l’ASBL Habbekrats.

La reine s’est entretenu avec des représentants du musée et de l’ASBL, mais aussi avec une trentaine de jeunes liés au projet. Le groupe était composé de jeunes francophones et néerlandophones ainsi que de mineurs non accompagnés issus de régions en conflit. La reine Paola s’est intéressée à leurs expériences passées et à leurs ambitions pour l’avenir. Le groupe s’est attardé par la suite dans la salle dédiée à l’Amérique du sud, où ont été présentées quatre pièces qui ont inspiré Hergé.

Il s’agissait de la momie Rascar Capac qui apparaît dans les albums “Les 7 boules de cristal” et “Les secrets du temple du soleil”, d’une statuette de la civilisation Chimu au Pérou retrouvée dans “L’oreille cassée”, d’une statue de Civa vue dans l’album “Les cigares du pharaon” et d’un masque péruvien repris dans le tome “Le temple du soleil”.

Faire connaître le musée

“Nous sommes le plus grand musée du pays, mais nous ne sommes pas très connus”, explique Bart Schouppe, chargé de communication pour les musées royaux d’Art et d’Histoire. “C’est donc intéressant pour nous que la famille royale nous accorde de l’attention. Notre musée peut aussi jouer un rôle important dans l’éducation des jeunes, qui peuvent découvrir la culture et l’histoire à travers nos collections”.

Le musée présente entre autres actuellement une maquette de Rome qui date de la fin du IVème siècle et qui a été restaurée l’année passée ou encore l’exposition Crossroads sur le haut Moyen Âge. La Fondation Reine Paola compte parmi ses objectifs celui d’aider les jeunes qui ont des difficultés d’intégration dans la société. Elle soutient depuis 1992 des projets qui visent à la formation et à l’intégration de jeunes socialement vulnérables et depuis 1998 l’ASBL Habbekrats, un service d’aide à la jeunesse reconnu.

Le projet “Tintin en Belgique” réunit, le temps d’une semaine une trentaine de jeunes issus des communautés francophone et néerlandophone du pays ainsi que des jeunes mineurs non accompagnés issus de régions en conflits.

■ Reportage de Marine Hubert, Nicolas Scheenaerts et Laurence Pacciarelli

Partager l'article

26 février 2020 - 18h40