Une instruction ouverte à l’encontre du patron de Dod pour abus de confiance

Le parquet ne souhaite pas faire d’autres commentaires.

Une instruction a été ouverte en début d’année à l’encontre de Mordhay Kissous de Dod, une chaîne de solderie de vêtements de marque, pour des infractions présumées liées à l’état de faillite des magasins de l’enseigne et des soupçons d’abus de confiance, indique mercredi le parquet de Bruxelles, confirmant ainsi une information du quotidien L’Echo.

La faillite de Dod remonte à juin 2016. Confrontée à une forte baisse de son chiffre d’affaires, la chaîne avait été placée en réorganisation judiciaire.

Un mandataire avait été désigné par le tribunal de commerce de Bruxelles pour se charger de collecter les offres de reprise. Dans la foulée de la faillite, le tribunal de commerce avait marqué son accord pour la cession d’une partie de l’entreprise en vue de la création d’une nouvelle structure commerciale proposée par le patron de Dod. Il était question de la reprise de 27 employés sur 203 et des magasins de la rue du Bailly à Ixelles uniquement.

Les représentants des travailleurs avaient alors accusé la direction de Dod d’avoir orchestré le déclin de l’entreprise, rappelle L’Echo. Fin 2017, 78 anciens travailleurs de la chaîne de magasins avaient mené une action devant le tribunal du travail afin de contester leurs licenciements qu’ils jugeaient abusifs. Les employés ont eu gain de de cause récemment.

Le tribunal a estimé que le non-respect récurrent des obligations d’information et de consultation dans le cadre de la réorganisation judiciaire de Dod a empêché les travailleurs de formuler des contre-propositions ou de participer à un plan de sauvetage de l’entreprise, précise L’Echo.

BELGA

Partager l'article

27 juin 2018 - 11h00