Il manque 6 millions pour les sportifs de haut niveau en FWB pour atteindre le niveau de la Flandre

Toujours pas de piscine olympique, de vélodrome couvert, de centre équestre de haut niveau, ni de piste de VTT… Il faudrait investir 6 millions d’euros supplémentaires dans l’encadrement des sportifs de haut niveau en Fédération Wallonie-Bruxelles pour atteindre le niveau de la Flandre, rapporte samedi L’Echo.

L’administration des sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles interpelle la ministre des Sports Valérie Glatigny: elle ne sera bientôt plus en mesure de financer et d’encadrer des nouveaux sportifs de haut niveau, dit-elle dans une note transmise à la ministre libérale après son entrée en fonction.

Les besoins ont considérablement augmenté à la suite du “boom” des athlètes de haut niveau (9 athlètes francophones aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004 à 37 lors des JO de Rio en 2016). “Nos besoins en matière d’infrastructures, de moyens budgétaires, de compétences et expertises, de contrats d’emploi adaptés à nos sportifs de haut niveau sont conséquents“, résume le document de l’administration transmis à la ministre.

La Flandre investit annuellement plus de 24 millions d’euros contre 10,165 millions pour la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Sachant que les Flamands représentent globalement 60% de la population belge et nous 40%, il faudrait donc investir 6 millions supplémentaires dans le sport de haut niveau de la FWB pour faire jeu égal avec la Flandre, soit 16,165 millions“, explique l’administration du sport.

Ce cri d’alarme intervient à quelques mois des Jeux olympiques de Tokyo et surtout dans la perspective de la préparation des sportifs francophones pour les JO de Paris en 2024.

Belga

Partager l'article

02 novembre 2019 - 10h20