Herman Van Holsbeeck inculpé de blanchiment et faux en écriture

L’ancien manager du Sporting d’Anderlecht Herman Van Holsbeeck a été inculpé des chefs de blanchiment et de faux en écriture, mais a été remis en liberté sous conditions, a indiqué vendredi vers 18h30 son avocat Daniel Spreutels à l’issue de l’audition avec le juge d’instruction Michel Claise.

L’intéressé conteste les faits qui lui sont reprochés. “Il a admis certaines fautes dans le cadre de son activité, mais il conteste formellement avoir reçu des commissions”, indique l’avocat.

Quand à son état d’esprit, il précise que son client est soulagé de retrouver sa liberté : “Quand vous avez été entendu pendant je crois près de 16 heures, c’est quand même un énorme soulagement parce que quand vous avez passé la nuit en cellule, cela implique quand même qu’il y ait une certaine chance qu’il y ait un mandat d’arrêt”.

Selon les conditions de sa remise en liberté, il ne doit pas avoir de contact avec le milieu du football et il ne doit plus s’engager dans aucune transaction financière autres que celles nécessaires à la vie courante. M. Van Holsbeeck avait été interpellé chez lui jeudi matin pour être interrogé dans le cadre de l’enquête qui a déjà mené aux arrestations récentes et à l’inculpation de l’agent de joueurs Christophe Henrotay, à Monaco, et de son proche collaborateur Christophe Cheniaux en région liégeoise.

L’enquête se penche sur de possibles rétrocommissions à l’occasion de transferts de joueurs. Elle porte notamment sur des arrangements financiers autour du transfert de l’attaquant Aleksandar Mitrovic vers le club anglais de Newcastle en 2015 et autour du transfert de Youri Tielemans à l’AS Monaco. Cette enquête est distincte d’une autre enquête sur des fraudes dans le milieu du football belge, instruite à Tongres, et qui avait abouti l’année dernière à l’arrestation des agents de joueurs Mogi Bayat et Dejan Veljkovic.

Dans l’enquête bruxelloise, des perquisitions avaient déjà été menées en avril dernier au centre de formation du Sporting d’Anderlecht à Neerpede, au stade du club, au siège de l’Union Belge (URBSFA) et dans une agence immobilière.

Mardi et mercredi, ce sont quatre adresses à Monaco, deux en Belgique et une à Londres qui ont été perquisitionnées. Trois voitures de luxe, une somme de sept millions d’euros en espèces, un bateau et deux appartements ont été saisis. L’agent de joueurs Christophe Henrotay et son associé Christophe Cheniaux ont été interpellés à l’issue de ces perquisitions. Ce dernier a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’escroquerie privée, faux et usage, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs, soit les mêmes chefs d’inculpation que pour Herman Van Holsbeeck.

Christophe Cheniaux, qui a été arrêté mardi à Monaco, s’est vu signifier un mandat d’arrêt international délivré par le juge d’instruction pour les mêmes chefs, ce qui lance une procédure d’extradition vers la Belgique pour ces faits, a précisé le parquet fédéral. Il ne sera entendu par le juge d’instruction qu’une fois extradé. Ce n’est qu’à ce moment qu’une éventuelle inculpation sera décidée.

Belga

Herman Van Holsbeeck pas encore relâché, est finalement entendu par un juge d’instruction

Partager l'article

13 septembre 2019 - 18h51