Grève nationale : les propositions de révision de la loi de 1996 suspendues pour deux semaines

La commission des Affaires sociales de la Chambre a décidé de suspendre pendant deux semaines l’examen de deux propositions de loi des socialistes visant à revoir la loi de 1996 sur la modération salariale. Les députés ont décidé d’attendre les résultats d’une éventuelle reprise de la concertation sociale.

Les textes du PS et du sp.a visent à revenir sur une modification approuvée sous cette législature à l’initiative du gouvernement. Telle qu’elle a été revue, la loi ne laisse plus de marge d’augmentation salariale suffisante et rend impossible la conclusion d’un accord interprofessionnel, estiment les syndicats qui ont lancé mercredi une grève nationale pour obtenir une marge plus importante.

“La loi de 2017 a considérablement réduit la capacité de négocier des partenaires sociaux. C’est pour cette raison qu’il y a aujourd’hui un blocage”, a expliqué le député Frédéric Daerden (PS). La proposition du PS prend en compte les réductions de cotisations sociales et subsides salariaux dans le calcul de la marge salariale et supprime la référence au “handicap historique” des salaires belges par rapport aux pays voisins. Aux yeux des socialistes, il faudrait aboutir à une marge “plus raisonnable” de 3%.

Lire aussi : La FGTB accuse Kris Peeters de torpiller la concertation sociale

Les écologistes ont apporté leur soutien aux deux propositions. “Il faut avoir des marges pour négocier mais, aujourd’hui, il y a un carcan intenable”, a expliqué Gilles Vanden Burre (Ecolo-Groen).

La coalition gouvernementale a souhaité attendre une éventuelle reprise des négociations entre partenaires sociaux avant de se prononcer. La commission reprendra donc ses travaux le 27 février. La commission a par ailleurs approuvé en première lecture la proposition de loi qui met en œuvre le volet social du jobsdeal.

Avec Belga – Photo : illustration Belga

Partager l'article

13 février 2019 - 12h02