Georges Dallemagne : “Le fameux fonds libyen a permis d’aider Fortis, juste avant que la banque s’écroule”

Durant L’Interview, ce jeudi sur BX1, le député fédéral Georges Dallemagne (cdH) est revenu sur la coïncidence étonnante entre l’affaire de la faillite de Fortis et les fonds libyens, dont les intérêts avaient été dégelés par la Belgique.

Plus de 10 ans après la débâcle de Fortis, le parquet de Bruxelles a décidé de ne plus requérir de poursuites dans le cadre du dossier relatif au groupe bancaire. Une décision qui a surpris Georges Dallemagne (cdH), invité de L’Interview sur BX1. Le député fédéral a en effet découvert qu’il existait une coïncidence étonnante entre ce dossier Fortis et le dossier du fonds libyen libéré par la Belgique. “Ce fameux fonds libyen, dont les intérêts ont été dégelés par la Belgique en contravention avec le prescrit du Conseil de sécurité (de l’ONU), était notamment intervenu en 2008 pour l’augmentation de capital de Fortis, juste avant que la banque s’écroule”, explique le député fédéral.

Lire aussi : “Non, cette crise au fédéral ne coûtera pas un ou deux milliards d’euros” (vidéo)

“Établir un lien à ce stade-ci, on ne peut pas le dire aujourd’hui”, explique Georges Dallemagne. “Mais Fortis fait appel en 2008 à un fonds libyen pour essayer d’éviter la banqueroute, et trois ans après, la Belgique autorise le dégel de ce fonds libyen qui n’aurait jamais dû être dégelé. Il y a là une curiosité qui mériterait d’être investiguée”, ajoute-t-il.

Retrouvez L’Interview du lundi au vendredi à 12h45 sur BX1.

Partager l'article

20 décembre 2018 - 15h55