Fête du Roi : un Te Deum exaltant celui qui sert le bien commun plutôt que le repli sur la nation

Le cardinal De Kesel a prolongé la lecture biblique donnée jeudi en la cathédrale des Saints Michel et Gudule, à l’occasion du Te Deum en l’honneur de la Fête du Roi, dans une homélie soulignant l’appel du roi Salomon à privilégier “ce qui sert le bien commun et non l’intérêt personnel”. Et ce bien commun “ne peut être ramené à l’intérêt de son propre peuple ou nation”, a-t-il précisé en néerlandais.

Evoquant le Psaume 72, Joseph De Kesel a livré une lecture politique de la Bible évoquant un roi, au-dessus de la mêlée, qui, avec le politique, “délivre le pauvre qui appelle et le petit qui est sans aide“, souvent délaissés par l’opinion publique.

Faisant un parallèle avec la guerre 14-18 dont on vient de célébrer le 100e anniversaire de l’Armistice, le chef de l’Eglise catholique belge a fait référence aux nombreux réfugiés qui fuient encore les guerres et la violence aujourd’hui, dans un monde de plus en plus globalisé. “Il ne sont pas des étrangers mais des concitoyens (…) Les frontières que nous dressons ou les murs que nous construisons n’offrent pas de solution à des problèmes qui persistent au-delà des frontières et des murs. Il n’y aura pas de prospérité et de sécurité dans notre pays sans prospérité et sécurité dans le monde“, a-t-il indiqué en néerlandais au lendemain de la remise en cause par la N-VA du pacte mondial pour la migration.

Belga 

Partager l'article

15 novembre 2018 - 13h13