Faut-il avoir une vie écologique exemplaire pour manifester pour le climat ?

Faut-il être irréprochable écologiquement pour avoir le droit de manifester pour le climat ? Certains dénoncent l’incohérence des participants aux mobilisations pour une autre politique climatique.

Corentin De Salle, directeur du Centre Jean Gol, estime que ceux qui demandent aux politiques des changements climatiques forts doivent également s’appliquer des changements éthiques personnels. “Si c’est pour dire que le politique ne va pas assez loin, qu’il n’a rien fait, (…), je pense qu’il y a un principe éthique assez simple qui consiste à dire qu’il faut s’appliquer à soi-même ce qu’on veut imposer aux autres.”

Pour ceux qui seraient insatisfaits de la politique climatique menée, “un petit test pourrait très bien se faire: limiter à une heure par jour sa consommation d’écran, pour réfléchir à ce que ça implique concrètement”, ajoute-t-il.

“Le fait de faire des manifestations ne suffit pas. Il faut agir, faire un certain nombre de comportements individuels, s’intéresser au débat de manière plus diversifiée et regarder ce qu’il se passe au niveau politique”, conclut-il.

“Ne demandez pas aux jeunes d’être totalement cohérent. Je pense que personne n’est cohérent dans les actes qu’il pose aujourd’hui. Les politiques eux-mêmes ne sont pas cohérent (…) Mais ce qui est vraiment extraordinaire dans cette démarche, c’est que ce sont des gens qui sont en mouvement. Ce sont des gens qui ont pris conscience. Et dès lors qu’ils sont dans la rue, c’est un premier changement qui se met en place et une première volonté d’un action collective”, affirme pour sa part, Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace.

■ Les invités : Juliette Boulet (Porte-parole de Greenpeace) et Corentin De Salle (Directeur du Centre Jean Gol)
■ Retrouvez M le mag de la rédac’ du mardi au vendredi à 18h25 sur BX1

Partager l'article

05 février 2019 - 19h18