Entre 2 et 3% de récidive après un congé pénitentiaire

Pour ce qui concerne les congés prolongés, jusqu’à présent 854 détenus en ont bénéficié.

La Justice a accordé en 2015, 2016 et 2017, 4.917, 4.693 et 4.696 congés pénitentiaires qui ont été révoqués à la suite d’un non-respect des conditions dans respectivement 383, 489 et 660 cas, ce qui donne des taux de révocation de 7,8, 10,4 et 14%, a indiqué mercredi le ministre Koen Geens en réponse à des questions en commission d’Olivier Maingain (DéFI) et Annick Lambrecht (sp.a).

Dans 1 cas sur 5, la révocation trouvait son origine dans la commission de nouveaux délits. Le taux de récidive est donc compris entre 2 et 3%.

Pour ce qui concerne les congés prolongés, jusqu’à présent 854 détenus en ont bénéficié. Dans 126 cas, l’octroi de ce congé prolongé a été révoqué ce qui représenta également un taux d’échec de 14%, comparable avec les congés pénitentiaires ‘ordinaires’.

Le ministre de la Justice Koen Geens a suspendu jeudi l’octroi de congés pénitentiaires prolongés jusqu’à la fin de l’évaluation de cette mesure, qu’il avait introduite l’an dernier pour réduire la surpopulation carcérale tout en visant la réinsertion des détenus. Il a aussi révoqué certains octrois de congés et permissions de sortie.

Ces décisions ont été prises à la suite de la tuerie de Liège dont l’auteur était non pas en congé prolongé mais en congé pénitentiaire de deux jours. Au sein du gouvernement, le congé pénitentiaire prolongé avait l’objet de critiques de la part de l’Open Vld.

BELGA

Partager l'article

13 juin 2018 - 16h30