Découvrez   

En-GAJE : l’association accueille les journalistes exilés à Bruxelles

Depuis quelques mois, une nouvelle ASBL offre un lieu de rencontre et des services d’accompagnement aux journalistes exilés en Belgique. En-GAJE, c’est son nom, a recensé 42 travailleurs de médias étrangers installés dans notre pays car ils ont été contraints de fuir le leur. “Mais on devine qu’il y en a beaucoup plus et d’autres vont encore arriver, c’est une certitude”, a souligné lors de la présentation du projet à Bruxelles Jean-François Dumont, son initiateur.

En-GAJE s’est inspirée de la Maison des journalistes à Paris, créée en 2002. Contrairement à sa consoeur française, elle ne fournit pas de logement mais veut elle aussi briser la solitude des “travailleurs des médias” exilés, qu’ils disposent d’une carte de presse ou non.

Outre une aide administrative, sa mission principale est la “sauvegarde de l’identité sociale et professionnelle des journalistes exilés”, a expliqué Jean-François Dumont, qui est aussi l’ancien secrétaire général adjoint de l’Association des journalistes professionnels (AJP). Au deuil de leur pays, s’ajoute en effet trop souvent pour ces personnes le deuil d’une vocation et d’un statut.

Certes, tous les journalistes réfugiés ne retrouveront pas du travail dans les médias belges mais En-GAJE veut faciliter les contacts entre eux et avec les journalistes belges, leur permettre de témoigner, leur donner accès à des stages et des formations. A terme, un média en ligne sera créé.

“Pourquoi aider spécifiquement les journalistes? Nous assumons une solidarité professionnelle mais nous pensons aussi que, au-delà des personnes, c’est la liberté d’informer que nous défendons”, a justifié M. Dumont.

En-GAJE a été fondée par Jean-François Dumont avec notamment la Fédération internationale des journalistes, la professeure de l’ULB Florence Le Cam ou encore l’ex-secrétaire général du Conseil de déontologie journalistique André Linard.

Plusieurs institutions sont partenaires dont le Ciré, Amnesty International, la Ligue des droits humains, les universités ULB et VUB, l’AJP et son homologue néerlandophone la VVJ.

Belga

■ Interviews de Nicolas Franchomme

Partager l'article

23 octobre 2019 - 15h57
Modifié le 23 octobre 2019 - 15h57