Francis Delperée ne se présentera aux prochaines élections, Georges Dallemagne rejette les reproches

Le député Francis Delperée renonce à se présenter aux élections du 26 mai, a-t-il indiqué mardi dans les couloirs de la Chambre.

Il devait occuper la dernière place sur la liste cdH pour la Chambre à Bruxelles. Il justifie son choix par les différences de conception des droits fondamentaux avec la tête de liste, Georges Dallemagne. Il espère forcer un examen de conscience dans son parti.

Les listes ont été déposées vendredi mais, si Francis Delperée signe un acte de désistement, le cdH peut le remplacer avant ce jeudi 4 avril. Dans tous les cas, c’est un nouveau coup dur pour le cdH qui a perdu en quelques jours plusieurs gros pourvoyeurs de voix comme Dimitri Fourny en province du Luxembourg et Joëlle Milquet pour la Chambre à Bruxelles.

En 2014, Francis Delperée a avait obtenu 13.543 voix de préférence.

Georges Dallemagne rejette les reproches

Le député Georges Dallemagne a exprimé mardi soir sa surprise après les explications fournies par Francis Delpérée. M. Delpérée sera remplacé, à la dernière place, par l’actuel bourgmestre de Jette Hervé Doyen.

Selon M. Dallemagne, tête de liste, il n’a pas fait part d’autres motifs lorsqu’il a annoncé sa décision au parti. “Je suis très surpris par l’argument utilisé. En matière de lutte contre le terrorisme et le radicalisme, je jouis de tout le soutien du cdH. Depuis le début, le parti m’a demandé de piloter cette politique. J’ai porté collectivement la parole du cdH, qui a été validée par le bureau après de longs débats. Mais il est vrai que parfois cela a été délicat sur certains points“, a expliqué M. Dallemagne.

Le député qui a siégé dans la commission d’enquête sur les attentats rejette les reproches qui lui sont faits. “S’il y a bien quelqu’un qui s’engage au quotidien pour les libertés, c’est moi. Et je suis attentif aux libertés et aux menaces que font peser sur elles le radicalisme islamiste. Globalement, on avait besoin de nous protéger contre le terrorisme, on a vu à quel point il y avait des défaillances dans l’appareil belge et je suis très fier d’avoir contribué à la réflexion dans ce domaine. J’ai mené une opposition constructive plutôt que de m’opposer à une évolution du droit inévitable“, a-t-il souligné. “C’est une critique infondée“, a-t-il ajouté, en insistant sur la bonne place de la Belgique dans le classement du Conseil de l’Europe sur le respect des droits fondamentaux.

Belga  – Photo: BX1

Partager l'article

02 avril 2019 - 19h34