Un diner de charité organisé par 25 chefs internationaux ce samedi à Bruxelles

Un diner de charité multi-étoilé aura lieu en simultané ce samedi soir dans trois restaurants de la capitale. 25 chefs belges et internationaux offriront ainsi de leur temps et leur talent pour aider l’association sud-africaine “Isabelo, feeding hungry minds”.

Ce sont Pascal Devalkeneer du “Chalet de la forêt”** à Uccle, Christophe Hardiquest de “Bon Bon”** Woluwe-Saint-Pierre et Karen Torosyan de “Bozar”* qui ouvriront les portes de leur enseigne pour l’événement. Il recevront ainsi cinq chefs belges et 17 autres en provenance du monde entier derrière leurs fourneaux.

Tous se sont vu assigner un ingrédient en provenance d’Afrique du Sud. De la semoule Sorgo à la poudre de Baobab en passant par le thé Honeybush, les 200 convives qui ont réussi à décrocher une table auront droit à des menus spécialement créés pour l’événement.

A titre d’exemple, Sang-Hoon Degeimbre (“L’air du temps”** à Liernu) à “Bozar” devra intégrer la “griffe des sorcières” (“Figues Hottentot”), une espèce de plante grasse au goût acide, dans son plat. Parmi les pontes de la gastronomie, on retrouvera notamment Alain Passard (“L’Arpège”*** à Paris) chez “Bon Bon”, David Martin (“La Paix”** à Anderlecht), Pascal Barbot (“L’astrance”** à Paris) et Emma Bengtsson (“Aquavit”** à New York) à “Bozar” ou encore Mauro Colagreco qui vient d’obtenir sa troisième étoile Michelin (“Mirazur”*** à Menton, troisième meilleur restaurant au monde selon 50Best) et Virgilio Martinez (“Central” à Lima, sixième du même classement) au “Chalet de la forêt”**.

Les trois adresses affichent sold-out, exceptées quelques places pour une table d’hôtes commune chez Pascal Devalkeneer. Les menus 10 services ont un coût – 320 euros (boissons incluses) – mais tous les bénéfices sont reversés à l’association créée en 2009 par la cheffe néerlandaise Margot Janse

“Feeding Hungry minds”, littéralement “nourrir des esprits affamés”, fournit des repas cinq jours par semaine à 1.500 enfants défavorisés de Franschhoek (Afrique du Sud). “Car personne ne peut apprendre le ventre vide”, selon le crédo de l’organisation caritative.

Source/Image : Belga

Partager l'article

16 février 2019 - 11h21