Découvrez   

Deux Belges sur trois “favorables à une consigne” sur les cannettes et bouteilles

Deux consommateurs sur trois sont favorables à l’instauration d’un système de consigne sur les cannettes et les bouteilles plastiques et presque 90% se disent prêts à les rapporter au supermarché afin de récupérer cette consigne, ressort-il d’une enquête menée l’an passé par Test-Achats auprès de 1.150 personnes. Forte de ces résultats, l’organisation de défense des consommateurs a adressé une lettre ouverte aux bourgmestres du pays afin de plaider pour l’instauration d’un tel système.

Les résultats de cette enquête diffèrent sensiblement des chiffres avancés par Fost Plus et les fédérations de l’industrie alimentaire (Fevia) et de la grande distribution (Comeos), selon lesquels seuls 22% des consommateurs seraient partisans de cette consigne. “Nous avons réalisé notre enquête en toute objectivité. Les consommateurs interrogés savent pertinemment bien que rapporter leurs cannettes et bouteilles en plastiques au supermarché pour récupérer leur consigne exigera d’eux un effort supplémentaire. Mais les gens en ont marre d’aller se promener le dimanche sur des chemins le long desquels cannettes et bouteilles et plastiques s’entassent”, écrit notamment Test-Achats.

Selon l’organisation, “le temps du changement est arrivé et cette transition doit se faire ‘bottom-up’, c’est à dire de la base, et donc de votre commune”. “Vous supportez en effet, cher Bourgmestre, une grande partie des coûts, et vous savez mieux que personne ce qui dérange le plus les habitants de votre commune. Nous vous demandons donc de plaider au sein de votre parti, au sein de votre majorité communale, au sein du Conseil communal, pour une consigne”, conclut Test-Achats.

Comeos : “Il y a un malentendu”

Réponse du berger à la bergère : Comeos a à son tour exprimé ses doutes, vendredi après-midi, sur l’enquête de l’organisation de défense des consommateurs. “D’après Test-Achats, 82% des sondés estiment que les déchets sauvages sont un gros problème. Mais comment se fait-il qu’ils ne sont que 35% à partager cet avis dans le moniteur des villes et des communes flamandes publié cette semaine”, s’interroge ainsi la fédération sectorielle.

“Il y a un malentendu : tout le monde veut évidemment combattre les dépôts sauvages mais pas par l’instauration d’un système de consigne. C’est une fable créée par une alliance financée par Tomra, une entreprise spécialisée dans les appareils de collecte d’emballages de boisson usagés, et qui veut forcer la main aux communes”, ajoute Comeos pour qui l’introduction d’une consigne sur les cannettes et les bouteilles ne s’attaquerait par ailleurs qu’à une partie du problème. “La mise en place d’une consigne coûterait beaucoup d’argent alors que nous savons que le consommateur, s’il est bien informé sur ce qu’une consigne signifie dans la pratique, opterait pour le sac bleu”, conclut la fédération.

Avec Belga – Photo : Belga/Jonas Hamers

Partager l'article

23 mars 2018 - 17h22
Modifié le 23 mars 2018 - 17h22