Des peines de 20 à 25 ans de prison requises pour l’assassinat de Pantelis K.

L’avocate générale a requis, jeudi après-midi devant la cour d’appel de Bruxelles, des peines de 20 à 25 ans de prison à l’encontre de quatre personnes d’une même famille prévenues pour l’assassinat de Pantelis K. Cet homme avait été battu à mort par sa belle-famille à Neder-over-Heembeek, le 14 juillet 2014.

L’avocate générale a requis une peine de 25 ans de prison à l’encontre de Mohamed Yassine H., qu’elle considère comme l’auteur de la plupart des coups de couteau qui ont été portés à la victime. Elle a ensuite requis des peines de 20 ans de prison à l’encontre de Farid H. et de Kawter H., l’oncle et la tante de Mohamed Yassine H., ainsi qu’à l’encontre de Mourad B., son beau-frère. Elle a considéré qu’ils ont tous les trois agi comme co-auteurs des faits.

Pour demander de telles peines, la représentante du ministère public a tenu compte des antécédents judiciaires de chacun des prévenus et de la gravité des faits. “C’est un crime d’honneur! Pantelis K. a été tué parce qu’il avait déshonoré la famille”, a-t-elle avancé. “Comme l’a souligné la partie civile, il n’était pas question pour eux de sauver Yousra et Mounia, mais de faire leur propre justice et on ne peut jamais s’arroger le droit de se faire justice à soi-même”.

La magistrate a également insisté sur la “violence inouïe” et la “sauvagerie incroyable” des faits, rappelant qu’un témoin avait déclaré “ils étaient comme des sauvages”. Pour elle, nul doute qu’il s’agissait d’une “expédition punitive sanglante” qui doit être qualifiée d’assassinat. “L’intention homicide est établie par le nombre de coups de couteau portés, une dizaine, et la localisation de ceux-ci. De plus, des témoins ont déclaré que les prévenus ont dit ‘je vais le tuer’ et ‘tu vas mourrir”.

“Quant à la préméditation, elle ressort clairement du fait que les prévenus se sont armés de couteaux, de battes, etc. Et qu’ils se sont mobilisés en quelques minutes. Ils prétendent que c’est par hasard qu’ils ont vu Pantelis K. sur la terrasse du café mais pourquoi vont-ils alors au contact de cet homme dont ils disent avoir peur? En moins d’une minute le sort de la victime était scellé. Il est clair que les prévenus se sont concertés avant et pendant”, a-t-elle affirmé.

“Enfin, concernant l’excuse de provocation dont se prévalent les prévenus, je rappelle qu’aucun témoin n’a déclaré que la victime a été menaçante ou qu’elle a eu en main des bouteilles avec lesquelles elle a tenté de frapper les prévenus. Non, les témoins indiquent plutôt que la victime s’est réfugiée à l’intérieur du café dès qu’elle les a vus arriver. De plus, même si elle avait été menaçante, la réaction des prévenus était disproportionnée”, a-t-elle exposé.

La victime avait été battue à mort

Mohamed Yassine H., Farid H., Kawter H. et Mourad B. sont prévenus pour avoir mené une expédition punitive sur Pantelis K., à Neder-over-Heembeek, le 14 juillet 2014. La victime avait été battue à mort sur la terrasse du café L’Arc-en-Ciel, à coups de batte de base-ball, de pieds de biche, de chaînes et de couteau, par les prévenus, membres de sa belle-famille. Pantelis K., un Grec de 37 ans, était marié à deux sœurs de la famille H., Yousra et Mounia.

Les prévenus lui reprochaient d’avoir voulu entraîner ses épouses en Syrie. Ils ont affirmé avoir été menacés à plusieurs reprises par la victime, notamment après l’avoir dénoncée à la police concernant ses projets de rejoindre les combats armés au Moyen-Orient. Les prévenus ont aussi déclaré que, le jour des faits, ils ne voulaient que discuter avec Pantelis K., juste après que ce dernier a, une énième fois, menacé Mohamed Yassine H., frère de Yousra et Mounia.

Ils contestent avoir commis un homicide volontaire avec préméditation. En première instance, le juge avait retenu cette qualification et les avaient condamnés à 22, 15, 12 et 10 ans de prison. Le procès se poursuivra vendredi matin avec les plaidoiries de la défense.

Belga

Partager l'article

14 juin 2019 - 06h58