Décès de Philippe Moureaux: la commune de Molenbeek ouvre un registre de condoléances ce lundi

La commune de Molenbeek-Saint-Jean ouvre un registre de condoléances à la suite décès de son ancien bourgmestre, Philippe Moureaux, également ministre d’Etat.

Depuis 10h00 ce matin, des Molenbeekois se succèdent à la maison communale de Molenbeek-Saint-Jean, située rue Comte de Flandre, 20, pour déposer, dans le registre des condoléances, quelques mots d’adieu à leur ancien bourgmestre Philippe Moureaux, décédé samedi à l’âge de 79 ans.

Les pages du registre s’emplissent de remerciements, de messages de soutien à la famille et de bons mots sur l’homme qu’il a incarné à la tête de la commune de 1993 à 2012.

“C’était un homme de tolérance, un philosophe, un défenseur de la démocratie qui appelait toujours à vivre ensemble”, a déclaré Ahmed Ouichou, un habitant de Molenbeek-Saint-Jean, après s’être épanché par écrit. “Je suis socialiste et j’aimais son socialisme. Malheureusement, on a perdu un père.” D’autres confirment cette figure paternelle, qui lui a communément été attribuée. “Pendant 20 ans, il a très bien travaillé à Molenbeek”, estime Khalid Bouras, un Molenbeekois. “Il était proche des gens, travaillait pour eux. Les Marocains ont été attristés d’apprendre son décès. On en parle au café, à la mosquée, dans la rue… Beaucoup le voyaient comme un papa.” Un autre mentionne son écoute dans un cadre individuel: “Il a été là pour moi et pour mon père avant moi à un niveau personnel et il avait embrassé la bonne cause. Il a positivement marqué la commune et la Région bruxelloise aussi”.

Un dernier hommage pourra être rendu à M. Moureaux, qui dirigea la commune de 1993 à 2012, le mardi 18 décembre 2018, de 09h00 à 16h00 en la salle des Pas Perdus de la Maison communale de Molenbeek-Saint-Jean, ont précisé le conseil communal et le collège échevinal dans un communiqué.

Belga

Partager l'article

17 décembre 2018 - 14h00