De nombreux Belges ont recours à l’automédication pour raisons financières

Solidaris Mutualités - Illustration Belga Siska Gremmelprez

Plus de deux tiers des Belges francophones ont eu recours en 2019 à l’automédication, pour un rhume ou un état grippal par exemple, un résultat en augmentation de six points par rapport à 2014, ressort-il d’une étude de Solidaris, qui lit derrière ce résultat un renoncement aux soins pour raisons financières.

Trois quarts (75,8%) des familles mono-parentales ont en effet recours à l’auto-médication. L’enquête, réalisée auprès d’un millier de personnes cinq ans après un coup de sonde similaire sur le rapport des Belges aux médicaments, met en exergue une certaine méfiance par rapport à l’industrie pharmaceutique: 57,7% des sondés (47,2% en 2014) estiment que les entreprises pharmaceutiques font parfois de la publicité trompeuse ou du moins cachent certains effets négatifs de leurs médicaments.

En outre, 63% des personnes interrogées pensent que le gouvernement est plus attentif aux intérêts de l’industrie pharmaceutique qu’aux intérêts des individus. Les Belges sont de plus en plus nombreux à penser qu’il n’y a pas de différence d’efficacité thérapeutique entre un médicament original et son générique (passant de 55,1% à 61,8%). Une progression tirée particulièrement par les plus jeunes, observe Solidaris.

Belga – Photo: Belga/Siska Gremmelprez

Partager l'article

18 novembre 2019 - 06h39