Découvrez   

De Lijn a reçu 35.350 euros d’amendes relatives aux zones basses émissions de Bruxelles en 2019

La société de transports en commun De Lijn a écopé en 2019 de plusieurs milliers d’euros d’amendes à cause d’infractions aux réglementations des zones basses émissions (LEZ) de Bruxelles (35.350 euros) et Anvers (2.000 euros). Selon la ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open Vld), les bus De Lijn n’étaient pas en phase avec les réglementations locales.

Depuis le premier janvier, la réglementation LEZ couvre aussi les bus équipés de moteurs répondant à la norme Euro III, ce qui pose problème à De Lijn étant donné que sa flotte est en grande partie composée de ce type de véhicules. “Après la livraison des bus commandés en 2017 et 2018, il restera encore environ 450 bus équipés de moteurs Euro III en service en Flandre”, explique Lydia Peeters.

“Afin de maintenir le plus grand nombre possible de bus Euro III en dehors de la LEZ, un plan de transfert sera mis en œuvre. Les véhicules seront concentrés dans une province pour être utilisés sur les lignes à destination et en provenance d’une LEZ. Dans un deuxième temps, nous évaluerons les transferts à réaliser depuis les autres provinces. L’objectif est d’éviter au maximum les amendes relatives aux LEZ”, poursuit la ministre qui estime que ce plan peut aboutir d’ici à la fin de l’année.

Une fois la première étape de remplacements effectuée, il ne restera qu’une dizaine de véhicules non adaptés aux normes de basses émissions. Pour Anvers, il s’agit d’une soixantaine de bus tandis qu’à Gand, il en restera 15. “La deuxième étape devrait normalement finir le travail”, selon Lydia Peeters.

Belga

Partager l'article

17 janvier 2020 - 14h42
Modifié le 17 janvier 2020 - 14h42