Découvrez   

De moins en moins de vétérinaires veulent travailler pour l’Afsca

Ils sont par exemple agacés par des indemnités trop faibles, une pression du travail en hausse et un communication insuffisante de la part de cet organisme fédéral.

De moins en moins de vétérinaires acceptent d’effectuer des inspections dans des entreprises de viande pour le compte de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), rapporte samedi la VRT sur son site internet. Ils sont en effet principalement agacés par des indemnités trop faibles, une pression du travail en hausse et un communication insuffisante de la part de cet organisme fédéral.

Les vétérinaires touchent ainsi 44 euros brut par heure lors des contrôles. “L’indemnité pour des personnes qui jouent un rôle crucial dans le contrôle de notre alimentation est tout simplement inadéquate“, déplore Ludo Muls, secrétaire de la fédération de vétérinaires flamande IVDB, qui représente près de 900 indépendants.

► Lire aussi: L’Afsca reconnaît que les contrôles de routine sont insuffisants pour détecter des fraudes graves

Les inspections dans les entreprises de viande se produisent à des heures variables, pendant la journée, la nuit ou le week-end“, explique-t-il. “Et tout cela à un seul et même tarif. Des heures supplémentaires dues à de la paperasserie? Des kilomètres en plus à prendre en charge? Dommage, car cela n’est pas remboursé. C’est à cause de cela que les jeunes collègues n’acceptent plus de réaliser ce genre d’inspections. Tôt ou tard, l’Afsca sera confrontée à un vide et la qualité des contrôles en souffrira alors indubitablement.

Un autre problème réside dans la rupture de confiance entre les vétérinaires et l’Agence, que redoute Ludo Muls. “Il y a parfois un sentiment que les inspections au sein des grandes entreprises de transformation de la viande ne sont pas effectuées de manière optimale“, poursuit-il, reconnaissant l’importance d’une telle affirmation.

Belga, photo Belga

Partager l'article

17 mars 2018 - 11h33
Modifié le 17 mars 2018 - 11h45