La criminalité au sein de la zone de police Nord en baisse entre 2002 et 2017

Le taux de criminalité de la zone de police Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Evere) a enregistré une baisse globale de 47% entre 2002 et 2017, a-t-elle indiqué jeudi. Durant le même laps de temps, les délits en matière d’intégrité physique et mœurs a en revanche augmenté de 9%, les vols à la tire de 13% et les infractions aux lois spéciales de 247%. Ces dernières incluent le non-respect des obligations qui s’imposent aux citoyens en matière d’inscription au registre de la population, les infractions à la législation en matière de séjour des étrangers et la détention illégale de stupéfiants.

Entre 2002 et 2017, les vols à main armée ont baissé de 71%, les vols avec violence de 33%, les vols dans véhicules de 72%, les cambriolages de 8% et les délits contre la propriété, de 20%.

Notre force, c’est d’avoir eu la volonté de mettre en place, dès la première année de la réforme des polices en 2002, une police de proximité orientée vers la communauté. C’est certes plus cher mais surtout plus efficace et beaucoup nous l’envient. Aujourd’hui, les chiffres le prouvent. La criminalité sur notre zone reste à un niveau très bas pour une zone urbaine en Belgique mais nous savons également que nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers “, a déclaré le président du collège de police, Bernard Clerfayt.

La criminalité s’adapte et change constamment de forme. C’est pourquoi nous devons faire preuve d’adaptabilité en innovant au quotidien pour continuer à garantir la sécurité et préserver la qualité de vie des citoyens.

Le commissaire divisionnaire de police Frédéric Dauphin, chef de corps de la zone, a pour sa part rappelé l’importance de continuer à garantir un service de qualité au service de la population dans le contexte de la menace de terroriste.

Au cours des deux dernières années, nous l’avons réalisé en conservant nos cinq commissariats ouverts 24h/24, en maintenant un dispositif régulier de 10 patrouilles et en poursuivant l’activité des équipes de quartier. Nous avons également protégé et surveillé plus de 1.000 événements récréatifs organisés sur le territoire de la zone. C’est un effort considérable des membres du personnel qui a été réalisé“, a-t-il souligné.

En 2018, une attention particulière sera portée à la police de proximité au travers de la mise en place de nouvelles approches du travail des équipes de quartier. Cela doit, au cours des prochaines années, contribuer à favoriser le développement des approches opérationnelles à partir de la police de quartier“, a-t-il conclu.

• Interview de Nicolas Franchomme

Belga

Partager l'article

22 février 2018 - 15h00