Communales 2018 : le point à Linkebeek, où la situation est toujours bloquée

La recherche d’une majorité de signatures de soutien au futur bourgmestre de Linkebeek est jusqu’à présent restée vaine à Linkebeek. Si l’on en croit la liste Ensemble LKB Samen emmenée par Damien Thiéry, une réunion de concertation organisée lundi n’a produit aucun résultat.

► Reportage de Pierre Beaudot et Nicolas Scheenaerts

Le 14 octobre dernier, Link&Venir, emmenée par Yves Ghequière, a décroché sept des quinze sièges du conseil, LKB de Damien Thiéry cinq sièges et Activ’ trois. Il manque une signature à M. Ghequière pour déposer son acte de présentation.

Il y a plus de deux semaines, Link@venir a envoyé aux candidats des deux autres listes une lettre qui était censée contenir une proposition.

Deux jours plus tard, la liste bilingue Activ’ avait fait savoir qu’elle n’approuvait pas la proposition de soutenir la nomination d’Yves Ghequière, pour le même motif principal: il ne s’agit pas d’une proposition de constitution d’une majorité, mais d’une demande d’approuver la nomination de M. Ghequière en tant que bourgmestre. L’écho fut le même du côté d’Ensemble LKB Samen.

Selon Damien Thiéry, une réunion de concertation s’est tenue lundi, en soirée, à l’initiative la liste « Link@venir », à la suite d’une demande de la liste Ensemble LKB Samen. Celle-ci a précisé mardi, n’avoir reçu aucune proposition concrète pour envisager un travail en commun ainsi que le moindre indice pour “rétablir une confiance actuellement en dessous de zéro”.

Force est de constater qu’au-delà de la demande de soutien pour l’acte de présentation de M. Ghequière au poste de bourgmestre, aucune proposition concrête n’a été faite pour rallier l’une des 2 autres listes afin de tenter de résoudre une situation jamais connue à Linkebeek et dont l’entière responsabilité incombe à « Link@venir »“, a commenté mardi Damien Thiéry.

Celui-ci a souligné qu’après avoir alerté, à diverses reprises durant la campagne, du danger que représentait une division de la majorité francophone, il avait reçu une fin de non-recevoir à chacune de ses tentatives d’union au motif d’une rupture de confiance.

Pour M. Thiéry, faire aujourd’hui appel au «sens démocratique» des conseillers communaux fraîchement élus, “en allant jusqu’au racolage pour tenter un transfuge d’une des deux listes est une méthode déplorable qui n’incite pas à nouer la confiance nécessaire à une saine collaboration avec «Link@venir».

Ensemble LinkeBeek Samen estime que la liste Link@venir se révèle “incapable de fédérer derrière elle une des deux autres listes pour sortir Linkebeek de cette situation surréaliste qu’elle a elle-même provoquée“.

Belga

Partager l'article

06 novembre 2018 - 17h23