Communales 2018: face à face dans la périphérie entre Frédéric Petit (MR) et Miguel Delacroix (Intérêts communaux)

Quel sera le premier texte déposé au conseil communal de Miguel Delacroix (Intérêt communaux, ex-CDH), au lendemain du 14 octobre ? “Il s’agira d’un texte pour aider les écoles libres et communales dans les cours de langue. Les élèves doivent sortir de l’école bilingues“, explique-t-il.

Pour le bourgmestre MR sortant de Wezembeek-Oppem, “la première décision sera d’attribuer un marché à un bureau d’étude pour faire un plan de mobilité dans la commune. Le profil de mobilité a changé à Wezembeek, il faut des solutions pour le trafic de transit.

Y a-t-il un risque de voir l’Union des francophones disparaître dans les communes à facilités ? “Ce n’est pas évident de garder une coalition avec cinq partis“, reconnaît Frédéric Petit, “Mais on a réussi a garder tout le monde autour de la table.” Sur les travaux du nouveau centre administratif de la commune, le bourgmestre assure “qu’on peut avoir l’impression que c’est un gros projet. Les bâtiments actuels sont obsolètes. Nous avons pris nos responsabilité et on y va de la meilleure façon.” D’autres projets “pharaoniques” ont été rejetés, assure-t-il. Il conclut sur le sujet en assurant qu’il comprend “les riverains mécontents

Frédéric Petit évoque sa frustration à l’égard du travail de François Bellot sur le survol de la périphérie est de la capitale: “Il se débat dans la mélasse du dictat flamand au gouvernement“, explique-il.

Miguel Delacroix regrette lui que les communes telles que Rhodes-Saint-Genèse se retrouvent en fin de plan pour les travaux du RER.

Rédaction

 

Partager l'article

12 octobre 2018 - 13h28